NOUVELLES
12/01/2017 09:25 EST

Les phénomènes hivernaux violents vont se répéter, alors comment s'y adapter?

Soyez prêts!

Mathieu Belanger / Reuters
A snowplow clears the street during a snowstorm in Quebec City, December 15, 2013. Between 15 and 30cm of snow are expected to fall on the different regions of eastern Canada today, according to Environment Canada. REUTERS/Mathieu Belanger (CANADA - Tags: ENVIRONMENT SOCIETY)

Des spécialistes estiment que des phénomènes atmosphériques comme ceux qui ravagent l'Est du Québec se reproduiront. Pour y faire face, ils recommandent une vision globale et à long terme, moins de déni et de bricolage, et un retour à des solutions naturelles.

Une mer démontée qui envoie des vagues géantes à l’assaut de la côte, détruisant tout sur son passage. L’image de désolation nous parvient de Percé, en Gaspésie, non pas d’une lointaine contrée des Caraïbes dévastée par un ouragan en furie.

Que se passe-t-il donc? Il faut d’abord comprendre qu’il n’y a rien d’anormal que des tempêtes surviennent en décembre ou en janvier. Mais qu’elles fassent autant de dégâts, cela n'est pas étranger au réchauffement climatique à la faveur duquel les hivers sont de plus en plus doux.

Conséquence : « pendant ces périodes de redoux, la glace côtière qui, normalement, est présente et qui, naturellement, protège la côte de l’impact des tempêtes, eh bien, elle n’est plus là ou alors elle arrive plus tardivement. Parfois même au cours de l’hiver, elle est détruite pour se reformer », explique Guillaume Marie, de la chaire de recherche en géoscience côtière de l’Université du Québec à Rimouski.

« Ce qui fait que, durant ces périodes d’interruption où il n’y a plus de protection […] les vagues arrivent directement à la côte pour peu qu’il y ait une grande marée au même moment, poursuit-il. Et vous avez les dégâts qu’on a pu voir hier [mercredi] et le 30 décembre également » dans l’Est du Québec.

« La glace - ce qu’on appelle le pied de glace - qui protège les côtes des vagues, il y en a de moins en moins. En plus, la glace au large n’est pas présente pour réduire aussi l’effet de la houle et la formation des vagues », confirme Philippe Gachon, professeur au département de géographie de l'UQAM et titulaire de la chaire de recherche sur les risques de catastrophes d'origine hydrométéorologique.

C’est que le Québec est « dans un foyer mondial de rehaussement du niveau marin » et « notre continent s’enfonce à cause des effets de la déglaciation », explique pour sa part Ursule Boyer-Villemaire, chercheuse indépendante.

Il faut d’abord rompre avec la culture du déni, suggère Philippe Gachon. « Il faut arrêter de dire : "Dame Nature, on n’y peut rien." Ce n’est pas vrai! D’abord, on a un rôle à jouer pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre, mais [il faut] aussi essayer de mieux se préparer, développer des stratégies. »

Il faut travailler sur les « facteurs de vulnérabilité » et « dans certains secteurs, il va falloir à un moment donné que, d’un point de vue politique, on dise : "On a une stratégie de repli, on ne reconstruit plus au même endroit, cette zone-là est trop à risque, trop vulnérable." »

Cela veut dire abandonner des édifices, voire des quartiers entiers, au besoin. M. Gachon cite l’exemple de la France, dont certaines régions, comme la Bretagne, ont connu des phénomènes similaires. « La France a mis en place des réglementations beaucoup plus strictes et on a commencé à développer dans certains secteurs du littoral des stratégies de repli », note-t-il.

La chercheuse indépendante Ursule Boyer-Villemaire plaide quant à elle pour une vision à long terme sur l’occupation du territoire et précise qu’il n’existe pas de solution unique pour l’ensemble du Québec. « Il faut vraiment se coller à la réalité locale, à la dynamique locale, un peu à l’image de gestion par bassins versants des rivières », souligne-t-elle.

Le déménagement? « Ça devient inévitable. Il y a des endroits où on voit les taux d’érosion, la transition est claire et nette. Il y a des endroits qui sont trop bas aussi […] Il va falloir surélever probablement certains tronçons. »

Il faut aussi penser au réseau routier dont la force, selon elle, est d’être « robuste face aux événements et, pour ça, ça prend des dédoublements à certains endroits sensibles ».

Mme Boyer-Villemaire pense que la transformation de chemins forestiers en « tronçons alternatifs » serait la solution la moins coûteuse.

«Il faut conserver l’accès au territoire, sinon ça va isoler des résidences. On l’a vu en Gaspésie [où] des personnes âgées par exemple [ont été] isolées du reste du Québec.» - Ursule Boyer-Villemaire, chercheuse indépendante

Au lieu de continuer à reconstruire des infrastructures qui vont tomber à la prochaine tempête, Guillaume Marie préconise un retour à des solutions plus « douces », comme des « recharges de plage ». Le procédé consiste à remettre du sable sur la côte pour ralentir l’action des vagues.

«Cette végétation va limiter l’impact des vagues et, du coup, ça va faire moins de dégâts.» - Guillaume Marie, chaire de recherche en géoscience côtière de l'UQAR

Il propose également « des replantations de végétaux, de foin de mer ou de rosier sur la côte pour revenir à des conditions un peu plus naturelles qui permettent de soustraire à l’érosion ou à l’inondation des infrastructures ».

VOIR AUSSI: