La raison scientifique pour laquelle vous avez de terribles syndromes prémenstruels

Woman Suffering from Stomachache on Sofa
Woman Suffering from Stomachache on Sofa

Il y a finalement une raison scientifique qui expliquerait pourquoi vous avez de gros syndromes prémenstruels (SPM) tous les mois.

Selon une récente étude de l’Institut National de santé des États-Unis, le trouble dysphorique prémenstruel — une forme sévère de SPM — serait génétique.

«Nous avons trouvé des irrégularités dans des gènes complexes qui nous laissent croire que le trouble dysphorique prémenstruel est un débalancement des cellules qui répondent à l’œstrogène et la progestérone», peut-on lire dans la recherche.

Merci, donc, papa et maman!

Le rapport affirme que le trouble dysphorique prémenstruel atteint 2 à 4 % des femmes dans l’âge de reproduction et ce chiffre augmente drastiquement quand on parle de SPM.

«En apprendre davantage sur le rôle de ce gène nous permet d’avancer dans la recherche pour un traitement contre les effets nocifs», explique le docteur Peter Schmidt.

La recherche, qui a été publiée dans le journal Molecular Psychiatry, explique également qu’à la fin des années 90, l’organisation de la santé avait déduit que «les femmes qui ont régulièrement des symptômes du trouble dysphorique ont tendance à être sensibles aux changements normaux des hormones», même si le taux de leurs hormones est normal.

Il reste quand même un peu de mystère

«C’est un grand moment pour la santé des femmes. Ça démontre que ce débalancement est lié à une réaction chimique et moléculaire, et non pas qu’aux hormones. Elles devraient pouvoir être en mesure de contrôler ça.»

Généralement, les symptômes du trouble dysphorique prémenstruel consistent à avoir des ballonnements, des maux de ventre et de dos, ainsi que des douleurs abdominales. Sur le plan psychologique, les symptômes incluent de la confusion, de l’anxiété, des troubles de sommeil et du stress.

Pour en diminuer les effets, il est recommandé de faire du sport, de changer sa diète (manger moins de sucre, de sel et de café) et, parfois, prendre la pilule contraceptive. Si vous sentez que votre SPM devient plus douloureux, parlez avec votre médecin.

À voir également:

9 choses que vous ignorez sur les menstruations

Cet article initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais.