NOUVELLES
09/01/2017 23:23 EST | Actualisé 10/01/2018 00:12 EST

Sanctions américaines: l'un des suspects du meurtre de Litvinenko se dit "perplexe"

Le Russe Andreï Lougovoï, l'un des suspects du meurtre de l'opposant et ex-agent du KGB Alexandre Litvinenko s'est dit "perplexe" mardi face aux sanctions américaines annoncées la veille à son encontre.

"Cela ne provoque que de la perplexité", a déclaré M. Lougovoï, ancien agent secret russe devenu parlementaire, à l'agence de presse RIA Novosti.

"Je suis député, je m'occupe des lois", a-t-il insisté.

Député du Parti libéral démocrate (LDPR), M. Lougovoï a accusé le président sortant américain Barack Obama de vouloir "nuire à la Russie par tous les moyens" à quelques jours de la fin de son mandat.

Le Trésor et le département d'Etat ont annoncé lundi dans des communiqués qu'ils ajoutaient trois noms - Alexandre Bastrykine, Andreï Lougovoï et Dmitri Kovtoun - à la liste dite "Magnitski", du nom d'une loi américaine de décembre 2012 qui permet de geler les éventuels biens et intérêts aux Etats-Unis de responsables russes interdits d'entrer sur le sol américain parce que coupables selon Washington de graves violations des droits de l'homme.

L'actualisation de cette liste, qui est faite chaque année par l'exécutif américain auprès du Congrès, est une source de grandes tensions depuis 2012 entre Moscou et Washington.

Sergueï Magnitski, un juriste russe devenu un symbole de la lutte contre la corruption, avait été arrêté en 2008 après avoir dénoncé une vaste machination financière ourdie, selon lui, par des responsables de la police et du fisc russes au détriment de l'Etat russe. Sa mort en prison en 2009 avait été le déclencheur des crispations entre la Russie et les Etats-Unis.

Alexandre Bastrykine, le chef du puissant Comité d'enquête russe chargé des principales investigations criminelles dans le pays, n'a pas pour l'heure réagi à l'annonce de ces sanctions.

La troisième personne visée par les sanctions américaines, Dmitri Kovtoun, est soupçonnée comme Andreï Lougovoï d'être directement liée à l'empoisonnement au polonium-210 à Londres en novembre 2006 de l'ancien agent du FSB (ex-KGB) Alexandre Litvinenko.

Ces nouvelles sanctions américaines contre la Russie surviennent dix jours après l'expulsion de 35 diplomates considérés comme des agents russes par l'administration sortante de Barack Obama et à dix jours de la prestation de serment du président élu Donald Trump, qui veut se rapprocher de Moscou.

mp/all/nm/mdh

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!