BIEN-ÊTRE
10/01/2017 04:34 EST

Pénurie d'«excellentes» robes en perspective de l'investiture de Donald Trump..?

Attention: les États-Unis s'apprêtent à vivre une rupture de stock d'«excellentes robes», et ce sera causé par l'investiture de Donald Trump.

Et cette nouvelle nous vient, bien sûr, du principal intéressé.

En entrevue avec le New York Times, le président désigné a dit que les célébrités seraient présentes en si grand nombre à son investiture, que la crème d'Hollywood ne pourra peut-être pas se trouver de robe pour l'événement!

«Nous nous apprêtons à recevoir un nombre incroyable, peut-être même un nombre record, d'invités. Et il y aura beaucoup de vedettes», a annoncé Trump au média américain.

(Qui, nous en sommes presque convaincus, exclut «l'actrice la plus surestimée d'Hollywood», Merly Streep, qui n'a pas mâché ses mots en parlant de l'homme d'affaires aux Golden Globes).

«Tous les magasins de robes sont en rupture de stock à Washington. C'est difficile de trouver une excellente robe pour l'occasion.»

Oh, vraiment? Eh bien non.

Le Washington Post a mené son enquête sur ce fléau qui s'apprêterait à cogner à la porte de Washington.

Qu'ont-ils découvert? Il y a en vérité des milliers de robes encore disponibles dans les boutiques de la ville.

Surprise.

Ce texte initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l'anglais.

INOLTRE SU HUFFPOST

  • 1938: Adolf Hitler
    1938: Adolf Hitler
    TIME
    Le choix le plus controversé est sans doute le plus connu. En 1938, le Time désignait Adolf Hitler "personnalité de l'année". Si, à ce moment là, le leader allemand n'était pas encore le dictateur le plus sanguinaire de l'Histoire, le magazine écrivait déjà à son propos: "Hitler est devenu en 1938 la plus grande force menaçante à laquelle le monde démocratique, épris de liberté, fait face aujourd'hui." Son invasion de la Pologne l'année suivante a déclenché la Seconde Guerre mondiale avec ses millions de victimes.
  • 1939 et 1942: Joseph Staline
    1939 et 1942: Joseph Staline
    TIME
    Le soviétique a été désigné "personnalité de l'année" deux fois: avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Durant trois décennies, le communiste a assassiné des millions d'opposants politiques, et déporté ses citoyens "déloyaux envers la cause soviétique" en Sibérie. Le Time revenait notamment sur son culte de la personnalité: "Joseph Staline a poussé loin la tactique de sa propre déification de son vivant. Aucune flatterie n'est trop transparente pour lui. Aucun compliment n'est trop grand pour lui. Il est devenu la fontaine de toute la sagesse socialiste."
  • 1957: Nikita Khrouchtchev
    1957: Nikita Khrouchtchev
    TIME
    Le Time a désigné le successeur de Staline "Person of the Year", l'année où les Soviétiques ont envoyé le premier satellite artificiel dans l'espace. Il condamna Staline et chercha à défaire une grande partie de son héritage. Mais sa décision d'envoyer des chars pour écraser l'insurrection de 1956 en Hongrie a montré que le régime continuerait à recourir à la force pour écraser la dissidence. Un choix qui, en pleine guerre froide, avait suscité la polémique.
  • 1979: Ayatollah Khomeini
    1979: Ayatollah Khomeini
    TIME
    En 1979, Khomeini a mené une révolution qui a fait de l'Iran une République islamique profondément hostile à l'Occident. Quand le Time l'a fait "Homme de l'année", il retenait 52 Américains en otage, à l'ambassade de Téhéran. Ils ont été détenus pendant plus d'un an. "Rarement, un leader aussi improbable a secoué le monde", écrivait, ainsi, le Time à son sujet.
  • 2007: Vladimir Poutine
    2007: Vladimir Poutine
    TIME
    Vladimir Poutine a sauvé la Russie alors qu'elle était "sur le point de devenir un Etat défaillant", écrivait le Time en 2007. Pour le magazine, le dirigeant a réussi à remettre la "mère Russie" à la table des grandes puissances mondiales. Un "Homme de l'année" très controversé, qui avait poussé les journalistes à s'expliquer dans une tribune intitulée "Choisir l'ordre avant la liberté." "Rien n'est impossible. Nous avons souvent désigné de grands méchants par le passé", résumait Nancy Gibbs, la directrice de la publication du Time en 2015. Cette année là, la chancelière allemande Angela Merkel avait été désignée "personnalité de l'année", juste devant le leader de Daech Abou Bakr al-Baghdadi.