NOUVELLES
10/01/2017 07:57 EST | Actualisé 11/01/2018 00:12 EST

Nouvelle élection "très probable" en Irlande du Nord, selon Londres

La démission lundi du vice-Premier ministre d'Irlande du Nord Martin McGuinness et le refus du Sinn Fein de le remplacer rend une nouvelle élection "très probable", a déclaré mardi James Brokenshire, le ministre britannique chargé de la province semi-autonome.

"Vu la situation, une élection (législative régionale) anticipée semble très probable", a dit à Londres le ministre devant les députés britanniques réunis en session parlementaire.

Martin McGuinness, figure du Sinn Fein et ancien chef de l'Armée républicaine irlandaise (IRA), a démissionné lundi sur fonds d'affrontements avec la Première ministre et chef du parti unioniste DUP Arlene Foster dans un dossier de subventions aux énergies renouvelables.

Selon les règles politiques en place en Irlande du Nord depuis les Accords de paix de 1998, le pouvoir est partagé entre les unionistes et les nationalistes du Sinn Fein. La démission de M. McGuinness entraîne donc automatiquement celle de Mme Foster.

Dans un tel cas de figure, M. Brokenshire sera amené à dissoudre l'Assemblée d'Irlande du Nord.

Le Sinn Fein a une semaine pour désigner un successeur à McGuinness pour éviter l'implosion du gouvernement régional mais il a d'ores et déjà annoncé son intention de ne pas le faire.

Dans ces conditions, "une élection sera inévitable malgré l'idée largement répandue qu'elle pourrait aggraver les divisions", a fait valoir James Brokenshire, appelant les deux partis à travailler ensemble pour résoudre leurs différends.

La "stabilité politique a été difficile à établir et elle ne doit pas être abandonnée à la légère", a-t-il ajouté.

C'est un programme de subventions aux énergies renouvelables, adopté en 2015 sous la houlette de Mme Foster, alors ministre des Entreprises, qui a mis le feu aux poudres. Mal ficelé, il aurait donné lieu à des abus d'un montant évalué à plusieurs centaines de millions de livres. Il a depuis été suspendu mais les versements vont se poursuivre pour les entreprises déjà désignées bénéficiaires

Le Sinn Fein réclamait depuis des semaines la démission de Mme Foster pour faciliter l'ouverture d'une enquête.

Lors d'une conférence de presse à Belfast, elle a accusé le Sinn Fein de jouer "une politique à hauts risques pour la stabilité de l'Irlande du Nord" qui a été le théâtre pendant trois décennies (1969-1998) de violences qui ont fait 3.500 morts.

Elle a renouvelé son appel à ce qu'une enquête soit ouverte, se disant "diffamée de façon indigne", et s'est dite prête à de nouvelles discussions.

ar-mc/oaa/pg

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!