DIVERTISSEMENT
10/01/2017 05:50 EST | Actualisé 10/01/2017 07:35 EST

«Les recettes pompettes»: voir le fond (du verre à «shooter»)

Une caméra dans le four à micro-ondes en guise de «confessionnal» et une autre au fond des verres à shooters, qui permet une prise de vue exceptionnelle sur le «gorgoton» des artistes invités. Rendu à ce niveau de légèreté, dont-on déduire qu’Éric Salvail a extrait tout le jus – ou plutôt, la vodka - possible de son concept des Recettes pompettes?

Ces nouveautés de la troisième saison, en ondes lundi prochain, le 16 janvier, à 20h30, conforteront probablement dans leur opinion ceux qui maintiennent que Salvail «est vide et n’a aucun contenu», comme il a été martelé dans les 15 premières minutes du Bye Bye. Il faut dire que, dès le départ, la formule des Recettes pompettes avait ses limites, qui ne dépassaient pas tellement le format du mini verre à cocktail.

Cela dit, les Recettes pompettes sont peut-être effectivement un peu frivoles, pas très riches de pédagogie ou de réflexion, et on commence tranquillement à voir le bout du potentiel de ces échanges souvent sans queue ni tête, mais elles demeurent amusantes en diable. Salvail et son équipe ont le pif pour choisir des «partenaires de brosse» qui jouent le jeu pleinement, ne craignent pas le ridicule et sont par le fait même hilarants. Comment, autrement, pourrions-nous voir de quoi ont l’air nos personnalités préférées avec un (ou plusieurs) verre(s) dans le nez? Ce n’est pas essentiel de le savoir, on en convient, mais ça satisfait le petit côté au mieux curieux, sinon voyeur, de tous les consommateurs de culture populaire qui aiment «leurs» vedettes.

Puis, les cotes d’écoute générées par cette sympathique beuverie culinaire sont, à ce jour, encore assez significatives pour que V renouvelle ce festif rendez-vous et en fasse à nouveau l’un des éléments-phares de sa programmation d’hiver. En 2015, 659 000 personnes, en moyenne, étaient des habituées des Recettes pompettes et, un an plus tard, en 2016, ce nombre a augmenté à 707 960 téléspectateurs. Sans compter que le jeu des Recettes pompettes, commercialisé à l’automne, a été écoulé à 70 000 exemplaires en vue du temps des Fêtes, un chiffre qui fait sûrement l’envie de quantité de créateurs de jeux de société d’ici.

Mélanie Maynard pétillante

À nouveau installé dans le décor de Doyon Cuisine, au Quartier Dix30, Éric Salvail trinquera dans les prochaines semaines avec Mélanie Maynard (rapidement saoule et très comique), Phil Roy et Pier-Luc Funk (ensemble et complètement déchaînés), Alex Nevsky (qui aura droit à une visite de Claude Poirier… qui s’enverra aussi un shooter!), Mariana Mazza (qui s’exhibera en soutien-gorge), Jean-Michel Anctil, Jean-Philippe Wauthier, ainsi que France Castel et Michel Barrette (également en duo). Les tournages, entamés en septembre, sont pour l’instant à moitié complétés.

Au premier épisode, Mélanie Maynard usera abondamment de cette nouvelle tribune qui lui est offerte que celle du four à micro-ondes témoin de ses états d’âme, nombreux dans son cas, puisque l’animatrice ingérait un nouveau médicament traitant le TDAH la journée de son passage aux Recettes pompettes. «J’ai déjà trop bu», lancera-t-elle dans un fou rire perlé de larmes, dès les premières minutes de l’émission. «Mais on cuisine pas…», constatera-t-elle, dépitée, mais néanmoins «sur le party», quelques minutes plus tard.

Visiblement éméchée, Mélanie se confiera à Éric, entre plusieurs sursauts d’émotion, sur son «végétarisme slaque», ses tendances «économes» et sa propension à pleurer au moment de l’orgasme, empruntera l’accent de la Sagouine et se présentera comme une «experte en divorce» au cours d’un appel pompette à Julie Snyder. Bref, on la savait drôle et pleine d’autodérision, mais Mélanie Maynard se montre doublement attachante et pétillante dans ce saut aux Recettes pompettes. Dans le segment «Autour du four» - qu’elle réclamera à plusieurs reprises -, elle s’ouvrira notamment sur son rôle de mère et sa relation amoureuse avec un Espagnol de 13 ans son cadet.

Le lundi suivant, avec Pier-Luc Funk et Phil Roy, alors là, Éric Salvail perdra totalement le contrôle, et pas seulement de ses chaudrons. Amis de longue date et anciens colocataires, les deux jeunes hommes foutront un joyeux bordel et déstabiliseront bien plus l’animateur que lui-même ne pourrait les troubler, dans cet étourdissant chaos de 30 minutes.

Visages enfarinés à la Marvin dans Maman j’ai raté l’avion, imitation du père Fouras et cette phrase, «Tu t’es pas lavé les mains depuis que t’as mis ta main dans mon cul», les folies fuseront de partout, sans nous laisser respirer. Les deux jeunes «clowns» iront toutefois de secrets étonnants sur leur corps et leur caractère angoissé autour de la chaleur du four… une fois calmés.

Plus que jamais dans cette troisième saison des Recettes pompettes, on réalisera que les plats apprêtés par Salvail et ses convives ne vaudraient pas grand-chose dans un concours culinaire, mais n’est-ce pas un peu ce qui fait le charme de cette unique chronique bouffe?

Quatrième saison?

Nullement gêné par le gentil reproche qui lui a été adressé au Bye Bye, Éric Salvail se réjouit plutôt d’avoir su créer, avec ses Recettes pompettes, un créneau d’humour pur, sans mandat éducatif, mais sans stupidité non plus, qui ne poursuit comme simple objectif que de dérider et détendre les gens. Néanmoins désireux de ne pas se répéter ou de voir ses idées s’étioler, le manitou de Salvail & Co et «roi de V» n’est pas encore certain de renouveler ses péripéties bien arrosées pour une quatrième saison, a-t-il précisé lundi, lors du visionnement de presse de ses nouvelles Recettes pompettes.

Ce soir tout est permis ayant été définitivement mis au rancart, Salvail rencontrera bientôt la direction de V au sommet pour discuter de nouveaux projets. En attendant, l’homme sera de retour à En mode Salvail la semaine prochaine, où il recevra entre autres la visite de Véronique Cloutier, Julie LeBreton, Marina Orsini, Mélissa Désormeaux-Poulin, Mariloup Wolfe, Nathalie Simard (qu’il n’a encore jamais interviewée) et Simon-Olivier Fecteau… à qui il fera passer un «test de contenu». L’arroseur se fera-t-il arroser?

Éric Salvail ignore par ailleurs encore s’il reprendra les commandes du Gala des prix Gémeaux avec Jean-Philippe Wauthier en septembre prochain.

Les recettes pompettes, le lundi, 20h30, à V, dès le 16 janvier.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Bye Bye 2015 Voyez les images