NOUVELLES
10/01/2017 07:01 EST | Actualisé 11/01/2018 00:12 EST

L'armée israélienne abat un Palestinien qui a tenté de poignarder des soldats

Des soldats israéliens ont abattu dans la nuit de lundi à mardi en Cisjordanie occupée un Palestinien qui, selon l'armée, avait tenté de les attaquer avec un couteau, une source palestinienne donnant une autre version des faits.

Mohammed al-Salhi, âgé de 32 ans, essayait d'empêcher les soldats d'entrer dans sa maison quand il a été abattu de six projectiles, a déclaré Khaled Mansour, un responsable du camp de réfugiés palestiniens d'al-Fara, au nord de la ville de Naplouse (Cisjordanie), où les faits se sont produits.

Selon l'armée israélienne, "un agresseur armé d'un couteau a tenté de poignarder des soldats en opération pour arrêter des suspects". "Les soldats ont demandé à l'homme de s'arrêter, mais alors qu'il continuait à avancer, ils lui ont tiré dessus, le tuant", a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Les soldats ont essuyé des jets d'engins incendiaires et des tirs d'autres habitants du camp au cours de l'opération, a ajouté l'armée.

Aucun soldat n'a été blessé, a-t-elle dit.

L'organisation Centre palestinien des droits de l'Homme (PCHR) a accusé l'armée israélienne dans un communiqué d'avoir "exécuté" Mohammed al-Salhi à bout portant chez lui en présence de sa mère, dont l'organisation cite le témoignage.

Interrogée par l'AFP, l'armée israélienne n'a pas commenté ces informations. Elle s'est contentée de dire que le Palestinien n'avait pas été tué chez lui.

Ni l'armée ni la sécurité intérieure israélienne, également interrogée, n'ont confirmé les informations du PCHR selon lesquelles Mohammed al-Salhi était l'une des personnes concernées par l'opération d'arrestations.

Mohammed al-Salhi avait été emprisonné par Israël entre 2004 et 2007 pour appartenance aux brigades des Martyrs d'Al-Aqsa, la branche armée du parti palestinien Fatah, a indiqué le Club des prisonniers palestiniens.

Depuis le 1er octobre 2015, les violences dans les Territoires palestiniens et en Israël ont coûté la vie à 248 Palestiniens, 40 israéliens, deux Américains, un Jordanien, un Erythréen et un Soudanais, selon un décompte de l'AFP.

La plupart des Palestiniens tués étaient les auteurs ou auteurs présumés d'attaques anti-israéliennes, souvent commises par de jeunes gens isolés armés d'un couteau.

Ces nouvelles violences sont intervenues moins de 48 heures après la mort de quatre soldats israéliens fauchés par le camion lancé par un Palestinien contre un groupe de militaires à Jérusalem. Dix-sept autres soldats avaient été blessés. L'agresseur, Fadi al-Qunbar, avait été abattu sur place.

scw-is/lal/hj

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!