NOUVELLES
10/01/2017 06:38 EST | Actualisé 11/01/2018 00:12 EST

Cadillac maintient la vente prévue aux Etats-Unis d'un modèle fabriqué en Chine

Cadillac, icône de la voiture de luxe "Made in America" et propriété de General Motors, maintient son projet de vendre aux Etats-Unis un véhicule fabriqué en Chine, malgré l'offensive anti-délocalisation menée par le président élu Donald Trump.

Interrogé sur la question par l'AFP au salon automobile de Detroit (Michigan, nord), le PDG Johan de Nysschen a répondu par l'affirmative.

La CT6 hybride rechargeable est produite dans l'usine de Cadillac à Pudong Jinqiao près de Shanghai. Elle va être commercialisée aux Etats-Unis au printemps, devenant le second véhicule --après la Buick Envision-- fabriqué en Chine par une marque de General Motors et vendu sur le sol américain.

"La CT6 hybride a des composants américains mais pour des raisons économiques il faisait sens de la produire dans une seule usine vu le volume de production", a expliqué M. de Nysschen.

Et de poursuivre: "La problématique était: soit nous ne la vendons pas du tout sur le marché américain, soit nous l'importons aux Etats-Unis mais en petits volumes".

M. Trump s'en est récemment pris aux géants de l'automobile qui produisent leurs voitures à bas coûts à l'étranger pour les vendre aux Etats-Unis.

Surclassée aux Etats-Unis par les marques allemandes (BMW, Mercedes-Benz et Audi) et le japonais Lexus, Cadillac a trouvé une seconde jeunesse en Chine où la griffe séduit les classes aisées.

Le groupe y a vendu 89.530 voitures entre janvier et octobre (+43% sur un an), contre 133.234 aux Etats-Unis (-5,6%).

En cas de guerre commerciale entre les deux pays, Cadillac prévoit d'arrêter d'importer la CT6 hybride qui "ne sera plus alors produite que pour le marché chinois", a affirmé M. de Nysschen.

L'effet pour le groupe serait minime car ce modèle est destiné à une clientèle de niche, en l'occurrence l'ouest du pays très sensible aux problématiques environnementales, et parce que les voitures "propres" ont représenté à peine 3% des 17,55 millions de véhicules vendus aux Etats-Unis en 2016.

M. Trump a menacé pendant la campagne électorale d'imposer des droits de douane prohibitifs de 45% sur les importations chinoises et d'inscrire la Chine sur la liste des manipulateurs de devises, ce qui ouvrirait la porte à des sanctions commerciales .

"S'il y a une guerre commerciale, bien évidemment que cela va perturber notre activité", a reconnu M. de Nysschen.

lo/jt/elm

TOYOTA MOTOR

GENERAL MOTORS

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!