NOUVELLES
04/01/2017 03:04 EST | Actualisé 05/01/2018 00:12 EST

Ukraine: l'OSCE se dit mécontente du "statu quo"

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), chargée de surveiller la zone du conflit dans l'est de l'Ukraine, s'est déclarée mercredi mécontente du "statu quo".

L'organisation n'est "pas satisfaite du statu quo actuel", a déclaré le nouveau président de l'OSCE, le ministre autrichien des Affaires étrangères Sebastian Kurz, lors d'une visite à Marioupol, ville tenue par le gouvernement dans cette région en proie depuis 32 mois à une rébellion séparatiste pro-russe.

"Nous voulons faire des efforts pour voir un changement vers une amélioration", a déclaré M. Kurz aux journalistes.

Durant cette visite de deux jours dans l'est de l'Ukraine, M. Kurz a souligné l'importance de mettre en oeuvre les accords de paix signés à Minsk en 2015 afin de clore un conflit qui a fait quelque 10.000 morts depuis 2014.

"Malgré les inquiétudes multiples qui entourent l'état de ces accords, je dois dire que la situation à l'époque de leur signature était pire que celle qui prévaut actuellement", a-t-il poursuivi, ajoutant néanmoins: "et elle pourrait être encore bien pire". Il convient d'avoir des attentes "réalistes" envers le possible déploiement de policiers armés de l'OSCE en zones rebelles, a-t-il encore dit.

Kiev réclame la présence d'une force internationale de police armée afin de contrôler la région et fermer la frontière poreuse entre l'Ukraine et la Russie, que les rebelles sont accusés d'utiliser pour la contrebande d'armes et de fournitures.

Mais l'éventualité de la présence d'observateurs de l'OSCE armés dans l'est se heurte à la résistance des responsables séparatistes pro-russes des républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk.

Les observateurs de l'OSCE, actuellement non armés, sont chargés de surveiller l'est de l'Ukraine depuis le début des hostilités en avril 2014 entre les forces ukrainiennes et des rebelles qui sont, selon Kiev et les Occidentaux, soutenus militairement par la Russie ce que Moscou dément.

osh/gtf/lch/cr