NOUVELLES
04/01/2017 08:23 EST | Actualisé 05/01/2018 00:12 EST

Les ventes de logements ont reculé de 5,6% à Vancouver l'an dernier

VANCOUVER — Les ventes de logements dans la région de Vancouver ont diminué de 5,6 pour cent en 2016, a indiqué mercredi la chambre immobilière de la ville, au terme d'une année tumultueuse dans un des marchés immobiliers les plus surveillés du pays.

Le prix composé de référence pour toutes les propriétés résidentielles du Grand Vancouver, tel que mesuré par l'indice des prix des maisons du Service interagence, a atteint 897 600 $ en décembre. Cela représente une hausse de 17,8 pour cent par rapport au même mois l'année précédente.

«L'année a été remplie d'événements pour l'immobilier de la région métropolitaine de Vancouver», a indiqué le président de la chambre immobilière, Dan Morrison, dans un communiqué.

«L'escalade des prix attribuable à la faible offre et à la solide demande a attiré une plus grande attention au marché que jamais par le passé.»

Les ventes de logements ont commencé l'année en force, établissant parfois de nouveaux sommets records. Mais le marché a commencé à ralentir en milieu d'année, et les ventes et les prix ont éventuellement commencé à fléchir.

Un certain nombre de mesures ont été mises en place pour tenter de répondre aux inquiétudes quant à l'accessibilité du marché de Vancouver. Une taxe de 15 pour cent a été imposée aux acheteurs étrangers, tandis qu'une autre a été instaurée pour les logements inhabités.

«Alors que les prix ont grimpé pendant la première moitié de l'année, le débat public s'est tourné vers ce qui alimentait cette demande et ce qui devrait être fait pour y mettre fin», a poursuivi M. Morrison.

«Cela a mené à diverses interventions gouvernementales sur le marché. Les effets à long terme de ces actions ne seront pas complètement compris avant un certain temps.»

Quelque 39 943 maisons mitoyennes, propriétés isolées ou appartements ont été vendus dans la région l'an dernier, un nombre en baisse par rapport à celui de 42 326 propriétés vendues en 2015.

Malgré le déclin du nombre de logements vendus, 2016 a été la troisième meilleure année de la ville pour les ventes immobilières depuis que ces statistiques sont compilées, derrière 2015 et 2005.

Le mois dernier, le nombre de propriétés résidentielles vendues s'est chiffré à 1714, ce qui représente une diminution de 39,4 pour cent par rapport à celui de 2827 de décembre 2015.