NOUVELLES
04/01/2017 02:44 EST | Actualisé 05/01/2018 00:12 EST

Démission de l'ambassadeur britannique: la Commission européenne "regrette une perte"

La Commission européenne a déploré mercredi la démission surprise de l'ambassadeur britannique auprès de l'UE, qu'elle a qualifié d'interlocuteur "très professionnel" quoique "pas toujours facile".

"Nous regrettons la perte d'un interlocuteur très professionnel, très bien informé, bien que pas toujours facile", a déclaré une porte-parole de l'exécutif européen, interrogée par la presse sur la démission surprise d'Ivan Rogers, annoncée la veille.

Dans cette première réaction d'une institution européenne à la démission de M. Rogers, la porte-parole, Natasha Bertaud, a également évoqué, "un diplomate qui a toujours loyalement défendu les intérêts de son gouvernement".

L'annonce du départ de l'ambassadeur britannique intervient à seulement quelques semaines du déclenchement prévu de la procédure de divorce entre le Royaume-Uni et l'Union.

La Première ministre conservatrice Theresa May a en effet promis d'activer l'article 50 du Traité de Lisbonne d'ici la fin mars, ce qui donnera le coup d'envoi formel d'une négociation complexe entre Londres et Bruxelles.

De par sa fonction, M. Rogers, fin connaisseur des dossiers européens, aurait dû jouer un rôle important dans ces tractations.

"Il y a très peu d'expérience sérieuse pour ce qui est des négociations multilatérales à Whitehall", le quartier des ministères de Londres, a-t-il souligné dans l'email adressé mardi au personnel de la représentation permanente de Londres auprès de l'UE pour annoncer son départ.

"J'espère que vous continuerez à contrer les arguments infondés et les raisonnements confus et que vous n'aurez jamais peur de dire la vérité à ceux qui sont au pouvoir", ajoute-t-il dans ce courrier publié par la presse britannique.

Selon le Telegraph, qui cite des sources gouvernementales, Ivan Rogers aurait fait les frais de sa "vision négative du Brexit" et son départ était de toute manière programmé, Downing Street souhaitant disposer d'un ambassadeur "qui croit au Brexit" avant d'entrer dans le vif du sujet.

cds/zap/pt