NOUVELLES
04/01/2017 09:02 EST | Actualisé 05/01/2018 00:12 EST

Bahreïn: trois responsables déférés devant la justice après l'attaque contre une prison

Les autorités bahreïnies ont annoncé mercredi avoir déféré devant la justice trois responsables des services pénitentiaires après la récente attaque contre la prison centrale de ce petit royaume du Golfe.

Des hommes armés avaient mené dimanche une attaque contre la prison de Jau, au sud de Manama, permettant à dix personnes détenues pour "terrorisme" de s'évader alors qu'un policier avait été tué.

Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur, cheikh Rached Al-Khalifa, a indiqué mercredi avoir "suspendu" de leurs fonctions le directeur général de la réforme et de la réhabilitation, le chef de la prison de Jau et le directeur du département de sécurité et de protection.

Les trois responsables ont été déférés devant le parquet "à la lumière des recommandations du comité d'enquête" sur l'attaque contre la prison de Jau, a ajouté le ministre, cité par l'agence officielle Bna.

Aucune indication n'a été fournie sur le sort des assaillants, qui étaient au nombre de 4 à 5 selon le ministère de l'Intérieur, ni sur celui des dix prisonniers évadés. Sept d'entre eux étaient condamnés à la perpétuité et 3 à de lourdes peines de prison pour des "actes terroristes", selon le ministère.

La prison centrale de Jau compte de nombreux Bahreïnis de confession chiite condamnés ou jugés pour implication dans des violences.

En juin dernier, 17 détenus s'étaient évadés d'une autre prison à Bahreïn, celle d'Al-Hadd, à l'est de Manama. Les autorités avaient alors annoncé avoir rapidement repris la majorité des évadés.

Bahreïn, petit pays du Golfe dirigé par la dynastie sunnite des Al-Khalifa, est secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation animé par la majorité chiite qui réclame une véritable monarchie constitutionnelle et une meilleure prise en compte de ses intérêts.

bur/tm/hj