NOUVELLES
03/01/2017 03:27 EST | Actualisé 04/01/2018 00:12 EST

Trois questions sur les relations Chine-Corée du Nord

Le président élu américain Donald Trump a accusé lundi la Chine de passivité face au programme nucléaire de la Corée du Nord, qui menace potentiellement les Etats-Unis. Mais que peut faire Pékin ?

"La Chine a récupéré une quantité incroyable d'argent et de richesses via son commerce avec les USA, totalement à sens unique, mais elle n'aidera pas pour la Corée du Nord! Sympa!", a écrit le milliardaire républicain sur twitter.

Voici trois questions sur les relations entre Pékin et Pyongyang.

- Pourquoi la Chine est impliquée ? -

Pékin est l'unique allié de Pyongyang et son principal soutien diplomatique. La Chine fournit également à la Corée du Nord, isolée, un soutien économique vital.

L'étroitesse des liens entre les deux pays voisins date principalement de la Guerre de Corée (1950-1953).

La Chine, dirigée par le Parti communiste chinois (PCC) depuis 1949, était alors intervenue militairement pour protéger les frontières chinoises et soutenir le régime nord-coréen, dirigé par un parti d'inspiration communiste.

L'armée chinoise avait envoyé un grand nombre d'hommes. Selon des historiens occidentaux, 400.000 soldats ont péri. Les sources chinoises évoquent 180.000 morts.

L'effondrement du régime à Pyongyang constituerait un scénario catastrophe pour Pékin. Des millions de Nord-Coréens pourraient affluer vers la Chine. Pire: la Corée du Sud, alliée des Etats-Unis, serait en mesure de réunifier la péninsule coréenne. L'armée américaine pourrait alors être stationnée à la frontière chinoise.

- Les liens sont-ils solides ? -

Pékin affirme régulièrement être "fermement opposé" aux essais nucléaires de la Corée du Nord.

La Chine perçoit le programme nucléaire supervisé par le N°1 nord-coréen Kim Jong-un comme une source d'instabilité. Elle appelle systématiquement à la reprise des "pourparlers à six" (Corée du Nord, Corée du Sud, Etats-Unis, Russie, Chine, Japon) pour trouver une solution diplomatique à la crise.

Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, réagissant au tweet de Donald Trump, a assuré mardi que la Chine "restera engagée pour la dénucléarisation" de la péninsule coréenne.

"Nous espérons que les parties concernées s'abstiennent de paroles ou d'actes entraînant une escalade des tensions", a-t-il indiqué.

Face à l'intransigeance de M. Kim, Pékin montre son agacement, et le dirigeant nord-coréen n'a toujours pas visité la Chine, cinq ans après son arrivée au pouvoir.

- Pékin peut-il peser sur Pyongyang ? -

L'influence concrète que la Chine peut avoir sur son voisin est difficile à estimer.

Pékin dit vouloir préserver la population nord-coréenne, et s'est assurée que les sanctions décidées par le Conseil de sécurité de l'ONU incluent des dérogations pour raisons humanitaires. La Chine a ainsi poursuivi l'achat de grandes quantités de charbon nord-coréen (101 millions de dollars en octobre selon les douanes), une source cruciale de devises étrangères pour Pyongyang.

Mais la dernière résolution, votée en décembre, ne contenait pas ce type de dérogation, et Pékin avait annoncé une suspension de ses importations de charbon nord-coréen pour trois semaines jusqu'au 31 décembre.

bfc/ehl/cr

TWITTER