NOUVELLES
03/01/2017 16:53 EST | Actualisé 04/01/2018 00:12 EST

Mexique: la fourniture de carburants pourrait être réduite, prévient Pemex

Pemex, la compagnie pétrolière d'Etat mexicaine, a annoncé mardi que la fourniture d'essence et de diesel serait très affectée en cas de poursuite des blocages et agressions suscités par la hausse des prix des carburants.

Parallèlement, la police fédérale a indiqué avoir déployé des effectifs supplémentaires pour mettre fin aux barrages de routes et à d'autres formes de protestation contre ces hausses.

Le gouvernement du président mexicain Enrique Pena Nieto a décidé des hausses de 20,1% du prix de l'essence et de 16,5% du diesel, qui sont entrées en vigueur dimanche.

Pemex a appelé mardi les organisations citoyennes et politiques qui convoquent des actions de protestation à y mettre fin. Au cours de ces protestations, des stations-service sont bloquées et des employés des oléoducs agressés.

Si ces manifestations se poursuivaient, "la fourniture d'essence et de diesel à la population serait sérieusement affectée", car Pemex ne mettra pas "en danger la sécurité de ses travailleurs", a annoncé la compagnie, qui a également appelé les autorités à "intervenir".

Selon la Commission nationale de sécurité, la police fédérale "a renforcé sa présence en divers points du pays, afin de répondre aux besoins de la population affectée par les interruptions de la circulation" entraînées par les manifestations sur les routes.

Des policiers ont notamment été déployés en divers points de 17 routes mexicaines sur lesquelles la circulation a été perturbée par des blocages aux péages, ainsi que près d'une raffinerie et d'une station-service de l'Etat de Tamaulipas, dans le nord-est du pays.

La hausse des prix des carburants a été introduite dans le cadre de la politique de libéralisation des prix prévue par la réforme énergétique promulguée en 2015 par le président Pena Nieto.

La libéralisation des prix des carburants et l'entrée sur ce marché de firmes privées, mettant fin au monopole qu'avait Pemex depuis 70 ans, devait entrer en vigueur en 2018, mais le gouvernement a décidé de l'avancer d'un an.

"L'augmentation n'est pas due à un ajustement fiscal, mais à une révision des coûts par rapport aux prix internationaux du pétrole", a déclaré lundi à la presse Miguel Messmacher, sous-secrétaire d'Etat en charge des Finances.

jg/lth/lb/plh/mba