NOUVELLES
03/01/2017 12:46 EST | Actualisé 04/01/2018 00:12 EST

Libération d'une journaliste irakienne enlevée il y a une semaine à Bagdad (famille)

Une journaliste irakienne, Afrah Shawqi, a été libérée mardi, une semaine après avoir été enlevée chez elle à Bagdad par des hommes armés, a indiqué sa soeur.

"C'est vrai", a déclaré à l'AFP par téléphone Nibras Shawqi, confirmant des informations faisant état de la libération de sa soeur, âgée de 43 ans.

Le commandement des forces de sécurité à Bagdad a également confirmé la libération de Mme Shawqi, collaboratrice du journal Asharq Al-Awsat, basé à Londres, et de nombreux sites internet dont Aklaam ("Les plumes", en arabe).

Le 26 décembre, elle avait publié sur ce site irakien un cinglant article dans lequel elle s'en prenait aux bandes et groupes armés irakiens "qui agissent en toute impunité".

Le Premier ministre Haïder al-Abadi avait condamné l'enlèvement de la journaliste et ordonné aux forces de sécurité de "faire le maximum pour la protéger, la retrouver et mettre la main sur le ou les groupes responsables de son kidnapping".

L'Irak est avec la Syrie voisine, l'Afghanistan et le Mexique, l'un des pays les plus dangereux au monde pour les journalistes. Sept d'entre eux y ont été tués en 2016, selon le bilan annuel de l'ONG Reporters sans frontières.

ak-jmm/jm/glr/prh