NOUVELLES
03/01/2017 14:49 EST | Actualisé 04/01/2018 00:12 EST

Le Pentagone laisse leur prime d'engagement à des milliers de soldats

Le Pentagone a décidé de laisser leur prime d'engagement à des milliers de soldats de la Garde nationale de Californie recrutés au milieu des années 2000, même si elles avaient été versées à tort, a-t-il annoncé mardi.

Pour stimuler son recrutement au plus fort de la guerre en Irak et en Afghanistan, l'armée américaine avait offert des avantages pécuniaires sous certaines conditions.

Mais un audit avait ensuite mis en évidence des fraudes et des erreurs au sein de la Garde nationale de Californie, destinés à atteindre les objectifs de recrutement.

L'armée avait alors décidé de réclamer le remboursement des primes indues --parfois des dizaines de milliers de dollars--, mettant en difficultés financières d'anciens bénéficiaires dont certains ont combattu en Afghanistan ou en Irak.

Selon Peter Levine, haut responsable du Pentagone chargé de cette affaire révélée en octobre par le Los Angeles Times, environ 17.500 soldats ou anciens soldats de la Garde nationale de Californie étaient ainsi passibles d'une demande de remboursement.

Mais après l'examen des dossiers lancé par l'administration après cet article, le nombre de soldats auquel une restitution sera demandée devrait être de l'ordre du millier, selon les estimations de M. Levine.

Sur les quelque 1.400 personnes pour lesquelles la procédure a déjà été lancée, la moitié au moins sera in fine exemptée, a déclaré M. Levine, lors d'un point presse au Pentagone.

Et seulement quelques centaines de personnes feront l'objet d'un recouvrement sur les 16.000 cas pour lesquels la procédure de recouvrement était encore pendante, a-t-il dit.

Les dossiers pour lesquels le Pentagone ne veut pas renoncer au remboursement sont "pour la plupart des cas où les soldats n'ont pas rempli les engagements" de service liés au versement de la prime, a-t-il relevé.

La police fédérale FBI avait fait savoir qu'une responsable de la Garde nationale de Californie avait plaidé coupable en 2011 d'avoir soumis entre 2007 et 2009 des demandes "fausses et frauduleuses" de bonus d'un montant total de 15,2 millions de dollars.

lby/elm