NOUVELLES
30/12/2016 12:39 EST | Actualisé 31/12/2017 00:12 EST

De danseur de ballet à artisan fromager

Comme pour bien des athlètes professionnels, la carrière de danseur de ballet se termine généralement assez tôt. Après la danse, certains se tournent vers la chorégraphie ou l'enseignement, mais pour Craig Sanok et Paul Chambers, les chaussons de ballet se sont transformées en bottes et les autres danseurs ont été changés en chèvres. Les deux hommes sont devenus artisans fromagers.

Un texte de Mario De Ciccio

Il est 7 h et le soleil se lève sur la ferme Dancing Goats près d’Acme au Nord-Est de Calgary. La journée est déjà bien entamée pour Craig Sanok et les 42 chèvres de son troupeau. Comme tous les matins, la routine commence par la traite de 18 chèvres.

Il a à coeur de bien s’occuper de ses chèvres qu’il nomme avec affection. « C’est notre responsabilité envers les animaux de prendre soin d’eux, dit-il. C’est nous qui les avons domestiqués donc c’est à nous d’en prendre soin. »

Le bon soin de ses chèvres et la fabrication de fromage sont devenus une véritable passion pour lui.

Une vie de danse

Avant le fromage et les chèvres, Craig Sanok a passé 14 ans à danser sur les différentes scènes du monde, en travaillant pour différentes troupes comme Les Grands Ballets Canadiens de Montréal ou le Ballet National de Toronto. C’est là qu’il a rencontré son mari et copropriétaire de la ferme, Paul Chambers.

« La vie de danseur, c’est une vie de passion. Quand j’ai terminé ma carrière, je me suis mis à la recherche d’une nouvelle passion », explique-t-il.

D’une passion à une autre

Le catalyseur s’est produit en visite chez sa belle-soeur aux États-Unis lorsqu’il a fait son premier fromage à l’aide d’une simple recherche trouvée sur internet, et le lait des chèvres d'un voisin.

Ce qui, pour lui, ne semblait être qu’un passe-temps au début, s’est rapidement transformé en passion. « J’ai découvert ma passion pour les animaux et pour les aliments bien faits, en particulier le fromage. C’était donc un mariage parfait d’acheter une ferme et de produire du fromage », se rappelle-t-il.

Après un long processus de recherche et d’apprentissage qui a duré cinq ans, le couple est passé à l’action en achetant une ferme « pas trop loin de Calgary et pas trop cher non plus ».

C’est ainsi qu’est née Dancing Goats Farm. Une façon de respecter leur histoire de danseurs. Un passé qu’ils utilisent pour nommer les différents fromages qu’ils fabriquent : que ce soit Waltz, Two Steps ou Gavotte, chaque fromage porte le nom d’un type de danse.

D’une routine à une autre

Quelques mois après avoir vendu un premier fromage en août, la routine s’est installée à la ferme. Une routine pas trop différente de celle de son ancienne vie, pense Craig Sanok.

« En danse, on commence la journée avec une classe de ballet chaque matin. À la ferme, je me lève tous les matins à la même heure pour faire la traite. C’est un peu fatiguant, mais c’est aussi une routine confortable », remarque-t-il.

« Quand j’étais danseur, je ne pensais qu'à la danse. C’était toute ma vie. Maintenant, avec la ferme, c’est la même chose. Il y a toujours quelque chose à faire et quand j’ai quelques minutes de pause, je pense à mes chèvres », ajoute-il.