NOUVELLES
30/12/2016 11:05 EST | Actualisé 31/12/2017 00:12 EST

Angleterre - Swansea: Bradley critique le manque de courage des propriétaires

L'ancien entraîneur de Swansea Bob Bradley, limogé la semaine dernière trois mois seulement après son arrivée, a regretté le manque de courage des propriétaires américains du club gallois, 19e du Championnat d'Angleterre.

"On savait tous qu'il faudrait travailler d'arrache-pied et qu'il faudrait avancer pas à pas, notamment en améliorant l'équipe lors du mercato hivernal", a déclaré Bradley au site internet de la chaîne de télévision ESPN.

"Je suis déçu, car après une série de mauvais résultats, tout ce qu'on avait convenu a été oublié", a poursuivi l'ancien sélectionneur des Etats-Unis qui s'exprimait publiquement pour la première fois depuis son licenciement.

"Pour moi, les dirigeants ont cédé face aux supporters et n'ont pas eu la force d'imposer leurs idées", a-t-il ajouté.

"Le football peut être cruel. Pour avoir une chance de réussir, il faut être fort et avoir foi dans le travail, dans son groupe et ne pas remettre tout en cause à chaque fois que les résultats ne vont pas dans le bon sens", a conclu l'ancien entraîneur du Havre (2e division française).

Bradley, 56 ans, ne sera resté que 85 jours à la tête des "Swans". Durant cette période, son équipe a disputé onze matches et n'en a remporté que deux, compromettant son avenir en Premier League. Avec ses 12 points, Swansea accuse quatre points de retard sur Crystal Palace, 17e et premier non-relégable.

Bradley, premier entraîneur américain à officier dans l'élite anglaise, avait succédé à l'Italien Francesco Guidolin, limogé lui aussi pour manque de résultats.

Depuis juillet, Swansea est contrôlé par un consortium dirigé par les hommes d'affaires américains Jason Levien et Steve Kaplan qui détiennent 60% du capital du club, pensionnaire de Premier League depuis 2011.

jr/ah