NOUVELLES
28/12/2016 07:50 EST | Actualisé 29/12/2017 00:12 EST

Israël: lancement d'une base de données sur l'affaire des "bébés yéménites disparus"

Les archives nationales israéliennes ont annoncé mercredi le lancement sur leur site internet d'une base de données de 200.000 documents pour tenter de mettre fin à la controverse autour des "bébés yéménites disparus".

Militants des droits de l'Homme et familles d'immigrants juifs originaires du Yémen affirment depuis des années que des milliers de bébés ont été enlevés à leurs parents biologiques dans les années qui ont suivi la création d'Israël en 1948.

Ils affirment que ces bébés ont été donnés à des couples juifs ashkénazes (originaires d'Europe de l'est) en mal d'enfants, en Israël et à l'étranger.

Les médecins assuraient aux parents biologiques que leur enfant était mort, mais ne leur remettaient jamais le corps, selon les militants.

Plusieurs enquêtes officielles ont conclu que la majorité des enfants disparus étaient morts, mettant en avant les mauvaises conditions sanitaires dans les camps d'accueil où vivaient les immigrants. Mais elles n'ont pas réussi à dissiper les doutes.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est dit en juillet favorable à l'ouverture des dossiers qui devaient rester classifier jusqu'en 2031.

Parmi les documents ouverts désormais au public figurent notamment un rapport confidentiel d'une commission d'enquête gouvernementale qui a travaillé de 1995 à 2001 et conclu que la majorité des enfants disparus étaient décédés et que le sort de quelque dizaines d'autres était inconnu mais qu'aucune preuve sur d'éventuels enlèvements n'avait été trouvée.

L'ouverture de ces archives va permettre aux familles de consulter dans leur intégralité les dossiers concernant les membres de leur famille. "Il n'y a plus de documents classifiés", a assuré la direction des archives.

Après la création de l'Etat d'Israël, les autorités ont installé des camps de toile pour gérer l'afflux de nouveaux immigrants, essentiellement venus des pays arabes, dont 30.000 yéménites.

dm/jlr/nbz