NOUVELLES
28/12/2016 10:46 EST | Actualisé 29/12/2017 00:12 EST

Haïti: la croissance économique en berne à cause de l'instabilité politique

Haïti n'a connu qu'un taux de croissance de 1,4% en 2016, selon les chiffres officiels communiqués mercredi, en raison de la crise électorale qui freine les investissements, et les perspectives pour l'année 2017 sont alarmantes dans le pays le plus pauvre de la Caraïbe.

"Nous avons un gouvernement qui n'est pas constitutionnel donc les acteurs privés locaux ou internationaux n'ont pas investi de manière considérable", explique l'économiste haïtien Kesner Pharel.

"L'île compte deux pays et tous deux ont tenu des élections cette année mais la République dominicaine a tenu le scrutin en mai et nous, nous ne sommes toujours pas sortis de cette crise", analyse M. Pharel relevant que la République dominicaine a un taux de croissance de plus de 6%.

L'annulation du premier tour de la présidentielle fin 2015 a contraint Michel Martelly à quitter la présidence sans transmettre le pouvoir à un successeur élu.

Le parlement a élu en février un président provisoire pour un mandat de trois mois mais Jocelerme Privert est encore en poste car les résultats de la présidentielle, réorganisée le 20 novembre 2016, n'ont toujours pas été annoncés.

Cette instabilité politique a refroidi l'activité économique, aggravant encore le déficit budgétaire, la dévaluation de la monnaie nationale et donc l'inflation.

"En début d'exercice, le gouvernement pensait entrer 77 milliards de gourdes (1,1 milliards de dollars) de recettes ils n'ont pas collecté même 60 milliards alors que, selon le budget, les dépenses publiques s'élèvent à 122,6 milliards de gourdes: ce déficit a été comblé par la banque centrale", regrette Kesner Pharel.

Les conséquences de ce choix politique ont été lourdes: la monnaie nationale a perdu 25% de sa valeur et l'inflation a dépassé les 12% sur l'année 2016.

"Ces chiffres sont ceux de l'année fiscale qui s'achève fin septembre 2016, donc on n'a pas pris en compte ce qui s'est passé avec Matthew", l'ouragan qui a ravagé la moitié sud du pays début octobre, souligne l'économiste.

Haïti, où plus de la moitié de la population a moins de 20 ans, reste le pays le plus pauvre de la Caraïbe: plus de 6 des 10,4 millions d'Haïtiens vivent sous le seuil de pauvreté avec moins de 2,42 dollars par jour, selon la dernière étude de la Banque mondiale.

amb/faa