NOUVELLES
28/12/2016 00:14 EST | Actualisé 29/12/2017 00:12 EST

Des pêcheurs bangladais disent avoir été attaqués par la marine birmane

Quatre pêcheurs bangladais ont été blessés par des coups de feu tirés d'un bâtiment de la marine birmane dans le secteur de la frontière contestée entre les deux pays, a affirmé mercredi un responsable bangladais.

Les pêcheurs bangladais ont affirmé que le bateau birman se trouvait dans les eaux bangladaises quand il a ouvert le feu sur leur chalutier, qui transportait 14 personnes.

"Ils affirment que le navire militaire a tiré sur eux sans sommation", a déclaré à l'AFP par téléphone le garde-côtes Saiful Absar, posté sur l'île de Saint Martin qui, située dans le sud-est du pays, fait face à la Birmanie.

"Quatre pêcheurs ont été blessés. Ils présentaient des blessures par balles aux mains et aux pieds", a-t-il ajouté.

Il a précisé que les garde-côtes bangladais tentaient de vérifier si un navire birman était entré dans les eaux du Bangladesh.

Cet incident intervient sur fond de tensions à la frontière concernant le sort des Rohingyas, minorité musulmane de Birmanie.

Ces dernières semaines, plus de 34.000 personnes ont fui une opération de l'armée dans le nord-ouest du Bangladesh, lancée en réponse à l'attaque de postes frontières par des groupes d'hommes armés.

Arrivés au Bangladesh, ces réfugiés ont décrit les exactions de l'armée birmane: viols collectifs, meurtres, tortures...

Des milliers de ces réfugiés ont été renvoyés en Birmanie par les autorités du Bangladesh, qui redoutent un afflux de Rohingyas sur son sol.

Considérés comme des étrangers en Birmanie, pays à plus de 90% bouddhiste, les Rohingyas sont apatrides même si certains vivent dans le pays depuis des générations.

Ils n'ont pas accès au marché du travail, aux écoles, aux hôpitaux et la montée du nationalisme bouddhiste ces dernières années a attisé l'hostilité à leur encontre.

sj/sa/jac/cr