POLITIQUE
23/12/2016 01:47 EST | Actualisé 23/12/2016 03:21 EST

Les meilleures citations politiques de l'année 2016 sur la scène fédérale (VIDÉO)

Oui, Stéphane Dion a fait des blagues sur la marijuana!

OTTAWA – La cuvée politique 2016 sur la scène fédérale a été riche en citations mémorables.

Alors que le premier ministre Justin Trudeau et ses ministres se sont mis les pieds dans les plats plus d’une fois, les partis d’opposition ont tenté par tous les moyens de faire les manchettes avec des déclarations toutes plus colorées les une que les autres.

VOIR AUSSI : Voici l'année 2016 à Québec en 33 citations

Même le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, s’est permis de faire une blague lorsqu’il a été questionné sur la marijuana. Décidément, nous ne savions pas que le mot « paqueté » faisait partie de son vocabulaire.

Idem pour le ministre des Transports, Marc Garneau, qui tentait de rester sérieux en expliquant que, contrairement à ses fonctionnaires, il ne voulait pas spéculer si les conducteurs de voitures dites « autonomes » allaient être portés à batifoler sur la route. Et ce, tout en citant l’ancien premier ministre Pierre Elliot Trudeau…

Mais certaines déclarations ont également contribué à faire avancer les choses. La décision de la ministre du Commerce international, Chrystia Freeland, de quitter la table des négociations sur l’Accord de libre-échange Canada-Europe a finalement forcé les pays membres de l’Union européenne à se relever les manches.

Le Huffington Post Québec a compilé quelques citations pendant l’année qui vous feront rire… ou réfléchir!

« Je m’attends à mieux de moi-même. »

— Justin Trudeau, qui s’excuse une énième fois d’avoir bousculé la députée Ruth Ellen Brosseau dans la foulée du « coudegate ».

« Ben là, c’est facile, c’est Radio-Canada! »

— Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, qui devait choisir entre TVA et Radio-Canada lors du défi 20 secondes de L’actualité

« La précision et la planification de cet exercice feraient pleurer n'importe quel commandant militaire. Dans le contexte d'une société démocratique, ce complot révélé dans les courriels peut seulement être décrit comme inacceptable. »

— Le juge Charles Vaillancourt, qui annonce que le sénateur Mike Duffy est acquitté sur toute la ligne et blâme le bureau de l’ancien premier ministre Stephen Harper.

« Une fois, on m’a demandé ça et j’ai répondu : "Je ne m’en rappelle pas, j’étais trop paqueté." »

— Stéphane Dion, ministre des Affaires étrangères, en réponse à une question du journaliste Philippe-Vincent Foisy qui lui avait demandé s’il avait fumé du « pot » dehors, le jour où le gouvernement a confirmé son intention de légaliser la drogue.

« La seule chose importante est qu’on sorte d’ici unis. »

— Thomas Mulcair, chef du NPD, qui appelle au rassemblement après avoir essuyé une cuisante défaite au congrès d’Edmonton. Une course à la direction aura lieu à l’automne 2017 pour le remplacer.

« Le Canada a travaillé, et moi personnellement, j'ai travaillé très fort, mais maintenant il semble évident pour moi, pour le Canada, que l'Union européenne n'est pas capable d'atteindre un accord international, même avec un pays qui a des valeurs européennes comme le Canada, même avec un pays si gentil et avec beaucoup de patience comme le Canada. »

— Chrystia Freeland, ministre du Commerce international, qui a annoncé l’échec des négociations sur l’Accord de libre-échange avec l’Europe. Son geste a forcé l’Union européenne à trouver une solution pour dénouer l’impasse.

« Est-ce que la ministre va bonifier son plan d’aide pour répondre aux besoins des producteurs fromagers, ou va-t-elle encore nous réciter la même bullshit du gouvernement? »

— Le député bloquiste Simon Marcil, qui s’insurge contre le plan d’indemnisation pour les producteurs de fromage à la suite de l’accord de libre-échange avec l’Union européenne.

« Comme le dit ma mère, la beauté n’apporte pas de pain sur la table! »

— Le député conservateur Jacques Gourde, qui, dans un élan de passion, critique l’expert payé 200 000$ par les libéraux sur l’art de remplir ses engagements.

« Même si le comité n'a pas complété le travail auquel nous nous attendions, ça correspond à ce que nous avons entendu des Canadiens. »

— Maryam Monsef, ministre des Institutions démocratiques, qui s’est dite « déçue » des conclusions du comité multipartite sur la réforme électorale le jour du dépôt du rapport. Elle s’est par la suite excusée pour ses commentaires.

« Je me lève pour souligner le succès de deux de nos athlètes paralympiques. Toutes mes félicitations à Roseline Filion et Meaghan Benfeito… »

— Le député libéral Yves Robillard, qui commet une petite bourde! Les deux athlètes ont gagné le bronze lors d’une épreuve de plongeon aux Jeux olympiques de Rio (et non paralympiques).

« Soyez comme moi… Généreux! »

— Le député conservateur Bernard Généreux, qui s’est amusé avec les jeux de mots en prévision de sa participation au Défi Têtes rasées.

« Je ne vois qu'une seule qualité à ce projet de loi, c'est de faire tomber les masques. Les 40 comparses d'Ali Baba, on connaît leur nom maintenant. Et on peut voir leur visage à deux faces. »

— Le député bloquiste Gabriel Ste-Marie, avant le vote sur le projet de loi C-29 qui venait modifier la Loi sur les banques et invalider la Loi sur la protection du consommateur du Québec. Le gouvernement Trudeau a finalement reculé sur cet article qui posait problème.

« Pour citer un premier ministre bien connu, le gouvernement n’a rien à faire dans les voitures automatisées de notre nation. »

— Marc Garneau, ministre des Transports, qui ne s’inquiète pas de la possible augmentation des relations sexuelles dans les voitures autonomes.

« Est-ce que la Ville de Gatineau serait ouverte à devenir une Ville bilingue, elle? »

— Justin Trudeau, en réponse à une question sur le bilinguisme de la Ville d’Ottawa. Il a par la suite avoué avoir été « baveux ».

« J'aimerais vous remercier tous, chers collègues députés, du grand privilège que vous m'avez accordé de servir en tant que président honoraire de la Chambre des communes aujourd'hui. Merci beaucoup. »

— Le député libéral Mauril Bélanger, qui a réalisé son rêve de devenir président de la Chambre des communes, alors qu’il était atteint de la sclérose latérale amyotrophique. Il est décédé quelques mois plus tard.

VOIR AUSSI :