NOUVELLES
21/12/2016 00:51 EST | Actualisé 22/12/2017 00:12 EST

Pollution en Chine: colère après la fermeture tardive d'écoles

La ville la plus touchée par l'épais brouillard de pollution qui frappe le nord de la Chine depuis six jours a ordonné la fermeture des écoles mercredi, une mesure tardive suscitant la colère de l'opinion.

Depuis vendredi, un nuage toxique et grisâtre recouvre une grande partie de la région autour de Pékin, touchant quelque 460 millions de personnes.

Shijiazhuang, capitale de la province du Hebei (nord), a décrété vendredi, comme plus de 20 autres villes, une "alerte rouge" au nuage de pollution. Ce statut a entraîné la prise de mesures d'urgence, dont des fermetures d'usines polluantes et la circulation alternée. Le Hebei, centre de l'industrie lourde, est souvent accusée d'être une source majeure de la pollution frappant Pékin, à environ 300 km.

Si la ville de Shijiazhuang est très durement frappée par ce nuage, le bureau local de l'éducation a attendu mardi soir avant d'ordonner la fermeture des écoles maternelles et primaires, une mesure déjà prise dans les métropoles voisines de Pékin et Tianjin. Les collèges et lycées peuvent quant à eux fermer, mais n'y sont pas contraints.

Le communiqué municipal a provoqué la colère sur les réseaux sociaux. "Les corps des collégiens et lycéens sont-ils équipés de purificateurs d'air?", demande ironiquement un internaute. "Allez-vous attendre que nous soyons tous malades pour résoudre cela?"

L'agence officielle Chine nouvelle a quant à elle publié un commentaire dénonçant le "manque à leur devoir" des responsables municipaux.

Des photos de la province voisine du Henan (centre), largement diffusées sur internet et montrant plus de 400 élèves participant dans un épais brouillard à un examen sur le terrain de foot de l'école pourtant fermée, a encore échauffé les esprits.

C'est à Shijiazhuang que les compteurs de la pollution avaient littéralement "explosé" lundi. La concentration de particules de 2,5 microns de diamètre (PM 2,5), très dangereuses, y avaient dépassé les 1.000 microgrammes par m3 par endroit, a indiqué Chine nouvelle. Un taux si élevé que les capteurs seraient restés bloqués au chiffre maximal qu'ils peuvent afficher, soit 999.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande un niveau maximal de 25 pour une exposition de 24 heures.

bur-dly-ehl/rap