NOUVELLES
21/12/2016 02:40 EST | Actualisé 22/12/2017 00:12 EST

Jordanie: un homme suspecté d'avoir financé les attaques de Karak arrêté

Les forces de sécurité jordaniennes ont arrêté un homme soupçonné d'avoir financé les attaques jihadistes meurtrières dimanche de Karak, a indiqué mercredi une source de sécurité au lendemain d'une opération de la police dans cette province méridionale.

Le suspect, dont l'identité et la nationalité n'ont pas été précisées, a été appréhendé lors d'un raid mardi dans la localité de Qarifla contre des hommes armés en lien avec les attaques de dimanche, a dit cette source citée par l'agence officielle Petra.

"Le terroriste a admis être lié à la cellule terroriste ayant visé des forces de sécurité et des civils" dimanche, et "avoir acheté des armes et financé la cellule", a-t-elle ajouté.

Quatre policiers jordaniens ont été tués et 12 blessés lors de cette opération, dans des échanges de tirs contre des hommes armés retranchés dans une maison.

"Un terroriste a été tué dans l'opération" et des forces de sécurité sont restées sur place pour ratisser le secteur, a indiqué la source de sécurité.

La télévision jordanienne a diffusé mercredi des images de la maison aux murs criblés de balles.

Dimanche, près du site de Karak, à 120 km au sud d'Amman, dix personnes, dont sept policiers jordaniens et une touriste canadienne, ont été tuées et 34 blessées dans des attaques revendiquées par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Quatre assaillants ont visé un commissariat et une patrouille de police avant d'être abattus par les forces de sécurité dans la citadelle croisée, une des plus touristiques de la région, où ils s'étaient retranchés.

La Jordanie participe à la coalition anti-EI en Syrie et en Irak, des pays voisins du royaume. En février 2015, un pilote jordanien avait été capturé en Syrie puis brûlé vif par le groupe jihadiste.

Au total, le royaume a été frappé par quatre attaques cette année, dont un attentat suicide en juin revendiqué par l'EI et qui a coûté la vie à sept gardes-frontières près de la frontière avec la Syrie.

kt/ah/nbz/tp