NOUVELLES
21/12/2016 03:30 EST | Actualisé 22/12/2017 00:12 EST

Intoxication à l'huile de bain en Russie: Poutine ordonne de durcir la loi

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné mercredi au gouvernement de durcir les règles encadrant les substances alcoolisées vendues pour des usages pharmaceutiques ou cosmétiques après l'intoxication à l'huile de bain qui a fait plus de 60 morts cette semaine.

Dans un décret publié par le Kremlin, M. Poutine demande au gouvernement de lui présenter d'ici au 31 mars des mesures visant à "réduire la consommation" des produits cosmétiques, pharmaceutiques, vétérinaires, d'entretien ou destinés à l'hygiène ou encore des parfums.

Ces mesures devront "durcir" la règlementation encadrant la fabrication et la vente de ces produits, imposer des étiquettes spéciales et aggraver les peines encourues par ceux qui enfreignent la législation.

Elles visent aussi à agir par la fiscalité, via des accises comme celles existant sur les boissons alcoolisées, pour réduire la consommation.

Ces produits, notamment la liqueur d'aubépine vendue en pharmacie ou certains lotions cosmétiques, connaissent ces dernières années un succès croissant alors que les autorités ont encadré la vente des spiritueux et augmenté leur prix pour lutter contre les excès et l'alcoolisme.

Le prix de la vodka vendue officiellement dans le commerce est devenu prohibitif pour des millions de Russes démunis notamment en province où le niveau de vie est très faible.

Selon plusieurs estimations, environ 25 millions de Russes ont des revenus insuffisants pour s'approvisionner en alcool par les circuits légaux.

Selon certaines estimations de la presse russe, ces produits représenteraient plus de 10% du marché de l'alcool fort tandis que les ventes de vodka légale ont chuté depuis plusieurs années.

Pendant le week-end et lundi, une centaine de personnes ont été hospitalisées à Irkoutsk, en Sibérie, après avoir ingéré une huile de bain contrefaite à l'essence d'aubépine, qui contenait du méthanol toxique.

Un nouveau bilan publié mercredi par les autorités locales fait état de 62 morts. Trente-six personnes restaient hospitalisées.

Selon le Comité d'enquête, 12 personnes ont été arrêtées pour avoir fabriqué et vendus les produits frelatés en cause.

gmo/pop/rap