NOUVELLES
21/12/2016 03:01 EST | Actualisé 22/12/2017 00:12 EST

Exemption de visas UE-USA: pas d'avancées, déplore la Commission

La Commission européenne a déploré mercredi l'absence d'avancées en vue de la levée de l'obligation de visas vers les Etats-Unis pour cinq Etat membres de l'UE, demandant la réciprocité totale en matière d'exemption.

L'exécutif européen s'est en revanche félicité du "calendrier clair" fourni par le Canada en vue de l'instauration d'une réciprocité totale d'exemption de visas. Les ressortissants bulgares et roumains, les derniers concernés, devraient donc pouvoir se rendre pour des séjours courts au Canada sans documents supplémentaires d'ici la fin 2017.

"Il demeure prioritaire pour l'UE de garantir une réciprocité totale de l'exemption de visa avec les Etats-Unis et le Canada", a déclaré le commissaire européen à la Migration Dimitris Avramopoulos, cité dans un communiqué publié à l'issue de la rencontre hebdomadaire du collège des commissaires à Bruxelles.

M. Avramopoulos assure que le dossier des visas avec les Etats-Unis sera "parmi les priorités à traiter avec la nouvelle administration (Trump)" qui s'installera à partir du 20 janvier.

Les ressortissants de cinq pays membres, la Bulgarie, la Croatie, Chypre, la Pologne et la Roumanie, sont encore soumis à l'obtention d'un visa pour un séjour de courte durée aux Etats-Unis.

La Commission reste prudente dans la gestion de ce dossier.

Certes, un principe fondamental de l'UE en matière de visas est de "veiller à ce que les pays tiers figurant sur la liste de l'exemption de visas accordent, par voie de réciprocité, une exemption de visas aux ressortissants de tous les Etats membres de l'UE".

Mais la Commission doit aussi "tenir compte des conséquences d'une suspension de visa pour les relations extérieures de l'UE et de ses Etats membres".

Elle a notamment conclu dans un rapport en avril qu'une mesure de rétorsion visant à suspendre l'exemption de visas pour les visiteurs américains (et donc réciproquement la nécessité pour tous les Européens de s'en procurer un pour voyager en Amérique du Nord) serait préjudiciable et aurait des répercussions négatives dans de nombreux domaines, dont le commerce ou le tourisme.

La Commission fera un nouveau rapport sur le sujet avant la fin juin 2017.

mla/agr/lb