NOUVELLES
21/12/2016 02:58 EST | Actualisé 22/12/2017 00:12 EST

Assassinat d'un Tunisien attribué à Israël: trois suspects placés en détention provisoire (justice)

La justice tunisienne a ordonné la détention provisoire de trois suspects dont une journaliste pour leur implication présumée dans l'assassinat d'un ingénieur tunisien attribué par le mouvement islamiste palestinien Hamas à Israël, a indiqué le porte-parole du parquet.

"Après des interrogatoires ayant duré jusqu'à 03H00 (02H00 GMT), le pôle judiciaire antiterroriste a émis mercredi trois mandats de dépôt à l'encontre de trois suspects dont une journaliste pour le meurtre de Mohamed Zaouari" a précisé à l'AFP Sofiène Sliti.

Les trois suspects font partie des dix personnes interpellées, toutes Tunisiennes, les sept autres ayant été libérées, a précisé M. Sliti.

Le parquet de Sfax (est) avait annoncé auparavant l'implication d'une journaliste ayant récemment interviewé la victime.

Mohamed Zaouari, 49 ans, qui possède également la nationalité belge, a été tué jeudi d'une vingtaine de balles alors qu'il était au volant de sa voiture, devant son domicile à Sfax.

Selon le Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza, l'Etat hébreu est responsable du meurtre de cet ingénieur, décrit comme un dirigeant du mouvement spécialisé dans le développement de drones.

Marié à une Syrienne, Zaouari a longtemps vécu à l'étranger. Il était revenu en Tunisie après la révolution de 2011. Le Hamas a affirmé qu'il travaillait depuis 10 ans pour ce groupe et qu'il avait tenté de s'introduire en Israël en 2014.

Les autorités israéliennes n'ont pas réagi pour l'heure aux accusations du Hamas. Mais l'Etat hébreu a dans le passé assassiné plusieurs membres de groupes activistes, notamment en Tunisie.

En 1988, le numéro 2 de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Abou Jihad --de son vrai nom Khalil al-Wazir-- avait été tué par des commandos israéliens à Tunis.

kl/nbz