NOUVELLES
19/12/2016 12:36 EST | Actualisé 20/12/2017 00:12 EST

Ukraine: Moscou doit user de "sa considérable influence" pour faire taire les armes (Otan)

Les pays de l'Otan ont appelé lundi Moscou à "user de sa considérable influence" sur les rebelles prorusses de l'est de l'Ukraine pour faire enfin respecter les accords de cessez-le-feu de Minsk, lors d'une réunion à Bruxelles avec l'ambassadeur russe auprès de l'Alliance, Alexandre Grouchko.

Il s'agissait de la troisième réunion cette année du Conseil Otan-Russie (COR), une instance de dialogue créée en 2002 qui avait été mise en sommeil en 2014 après l'annexion par la Russie de la péninsule ukrainienne de Crimée.

Lors de ces pourparlers, au niveau des ambassadeurs, a été constatée la violation persistante des accords de Minsk censés mettre fin au conflit qui a déjà fait plus de 9.600 morts dans l'est de l'Ukraine.

Les 28 membres de l'Alliance ont intimé à "tous les signataires" de "respecter pleinement leurs engagements", a rapporté son secrétaire général Jens Stoltenberg dans un communiqué.

Ils ont aussi "appelé la Russie à user de sa considérable influence auprès des militants (armés de la rébellion prorusse, ndlr) pour qu'ils respectent pleinement leurs engagements", poursuit M. Stoltenberg, rappelant "les niveaux record" de violations du cessez-le-feu ces derniers mois avec l'usage d'armes lourdes en théorie interdites par les accords de Minsk.

Dans un communiqué, l'ambassadeur russe auprès de l'Otan a rejeté sur les forces armées ukrainiennes - et "leur recours à des systèmes d'artillerie interdits par les accords de Minsk et la présence d'équipements lourds dans la +zone de sécurité+" - la responsabilité des violations du cessez-le-feu.

Par ailleurs, l'Alliance a condamné "un recours excessif" par Moscou à des exercices militaires non annoncés préalablement, notamment en mer Baltique.

"Beaucoup autour de la table ont appelé les membres du Conseil Otan-Russie à contribuer au travail de l'OSCE en actualisant le Document de Vienne" (par lequel cette organisation européenne contrôle les activités militaires de ses membres, ndlr).

"La transparence sur les exercices militaires est essentielle", a rappelé M. Stoltenberg.

Voisins de la Russie, les pays baltes, qui font partie de l'Otan, ont régulièrement accusé Moscou début 2016 de violer leur espace aérien et de survoler la mer Baltique avec leurs transpondeurs éteints. Ces équipements électroniques permettent aux radars d'identifier les avions et d'empêcher des collisions.

La tension est montée d'un cran dans cette zone en octobre, quand la Russie a de nouveau installé dans son enclave de Kaliningrad ses missiles Iskander capables d'emporter des têtes nucléaires.

Mais pour l'ambassadeur russe, Alexandre Grouchko, "le principal facteur négatif est le renforcement en cours du flanc Est de l'Otan, le déploiement de forces américaines et alliées ainsi que des équipements, et le renforcement d'infrastructures militaires le long des frontières russes".

"Ces mesures affaiblissent la sécurité régionale et, par conséquent, la sécurité des (pays) Alliés dont la défense avait pour but d'être renforcée par de telles mesures", a estimé le diplomate russe dans son communiqué, en exhortant l'Alliance atlantique à "stopper ses activités militaires près des frontières russes".

En avril 2014, un mois après l'annexion de la Crimée jugée illégale, l'Otan avait suspendu toute coopération pratique, tant civile que militaire, avec Moscou.

Interrompu de fait au même moment, le COR a lui été réactivé en avril dernier pour maintenir un dialogue politique.

Sur le terrain, cinq soldats ukrainiens ont été tués dimanche dans l'est de l'Ukraine dans des combats avec les séparatistes prorusses, l'une des journées les plus meurtrières depuis l'été, selon un porte-parole militaire ukrainien.

mad-agr/ger