NOUVELLES
19/12/2016 02:44 EST | Actualisé 20/12/2017 00:12 EST

Le diplomate nord-coréen passé au Sud veut s'engager contre Pyongyang (députés)

Le haut diplomate nord-coréen passé au Sud en août a promis lundi de dédier sa vie à la dénonciation de la cruauté du régime de Pyongyang et de tout faire pour encourager d'autres défections.

Thae Yong-Ho était jusqu'à cet été numéro deux de l'ambassade de Corée du Nord en Grande-Bretagne.

Il est un des plus hauts diplomates du régime de Pyongyang à avoir fait défection, et constitue une "prise" de première importance pour la Corée du Sud.

Plusieurs parlementaires sud-coréens qui l'ont rencontré à Séoul ont indiqué à l'agence sud-coréenne Yonhap que M. Thae leur avait expliqué les raisons de sa décision et avait témoigné de la précarité de la vie des Nord-Coréens, y compris ceux qui comme lui occupaient de hautes fonctions.

L'ex-diplomate, passé au Sud avec femme et enfants, a été qualifié de "pourriture humaine" par Pyongyang qui l'accuse d'avoir détourné une importante somme d'argent, violé un mineur et espionné pour le compte de Séoul.

Le député Lee Cheol-Woo a expliqué à Yonhap que M. Thae s'était dit de plus en plus conscient, sous Kim Jong-Un, de "l'épouvantable réalité" de la Corée du Nord, au point que la seule issue était la fuite.

Il a promis de consacrer sa vie à "libérer les Nord-Coréens de l'oppression et des persécutions", a déclaré M. Lee à Yonhap.

"Je m'engagerai dans des activités publiques, même si je mets ma propre sécurité en jeu", a-t-il dit selon M. Lee.

- Domiciles écoutés -

Les agents des services de renseignements, qui s'occupent de M. Thae depuis son arrivée à Séoul, ont affirmé aux parlementaires que celui-ci serait libéré de sa période de détention provisoire vendredi.

Pour tous les transfuges nord-coréens, la vie au Sud débute par cette longue phase de "debriefing" par les renseignements qui tentent de démasquer, parfois pendant des mois, d'éventuels espions.

La plupart sont ensuite envoyés dans des centres spécialisés pour une formation de trois mois destinée à les familiariser avec la vie au Sud.

M. Thae a raconté que la vie au Nord pouvait être particulièrement stressante, même pour les gens de "l'élite". Il a expliqué qu'il était parfaitement normal pour le regime de truffer leur domicile de micros afin de détecter tout indice d'un manque de loyauté de leur part.

M. Lee a déclaré à Yonhap que M. Thae avait confirmé l'exécution en 2015 de Hyon Yong-Chol, qui était alors ministre de la Défense.

"Hyon Yong-Chol a été exécuté parce qu'il avait dit les mauvaises choses à la maison", a déclaré M. Thae, selon l'agence.

Les renseignements sud-coréens (NIS) avaient laissé entendre que Hyon Yong-Chol avait été victime d'une purge, que Kim Jong-Un lui reprochait son insubordination, son manque de loyauté ou encore le fait qu'il avait sommeillé pendant un défilé militaire.

M. Thae a également raconté comment une économie de marché balbutiante permettait aux Nord-Coréens de survivre face aux lacunes de l'Etat.

"La Corée du Nord a en théorie un système socialiste, mais dans les faits, elle fonctionne sur le capitalisme", a-t-il dit. "Plutôt que de compter sur le parti, les gens ont appris à se débrouiller seuls pour survivre".

M. Thae a estimé que bien plus de hauts responsables nord-coréens feraient défection s'ils avaient des garanties sur leur nouvelle vie au Sud et que Séoul devait faire connaître les possibilités de reclassement s'offrant à eux.

Les défections de diplomates sont d'autant plus rares que la Corée du Nord, de plus en plus isolée sur la scène internationale en raison de son programme nucléaire militaire, maintient relativement peu d'ambassades. Et celle de Londres est une des plus prestigieuses.

Parmi les précédents, figurent notamment la défection en 1997 de l'ambassadeur nord-coréen en Egypte, ou celle l'année dernière d'un diplomate en poste en Afrique.

sh/gh/jac/lb