NOUVELLES
19/12/2016 16:28 EST | Actualisé 20/12/2017 00:12 EST

Lance Stroll sait qu'il devra être prêt à Melbourne, pour contrer la nervosité

Il est de plus en plus probable que le Finlandais Valtteri Bottas se retrouve chez Mercedes-Benz en 2017. Si c'est le cas, Lance Stroll pourra apparemment compter sur Felipe Massa, qui aurait accepté de rester une saison de plus chez Williams.

Le pilote canadien de 18 ans a hâte de pouvoir se comparer à son coéquipier, qui sera son baromètre. L'important pour lui étant d'avoir un coéquipier d'expérience.

En attendant de connaître l'identité de son « premier adversaire », le champion en titre de la saison européenne de F3 a reçu quelques conseils du champion de la saison 2015-2016 de Formule électrique, le Suisse Sébastien Buemi, qui a encore quelques contrats de pilote d'essais F1.

Ça s'est passé lors d'une rencontre de presse conjointe en marge de la remise des prix de la FIA à Vienne en Autriche, le 9 décembre 2016.

« J’ai eu la chance de piloter la F1 Red Bull avec les pneus de 2017 [ndlr : Plus larges de 8 cm à l'arrière] sur le circuit du Mugello plus tôt cette année, a expliqué Buemi. Ce sera plus demandant physiquement, car on parle d’un gain au tour entre 3 et 5 secondes. Et les F1 vont déjà si vite, alors ce sera encore plus dur.

« Bien se préparer [à piloter une F1], c’est le secret, car c’est très difficile de tout faire correctement, tant il y a de procédures à suivre, précise le pilote suisse francophone.

« Je me souviens de mon premier départ de F1 en 2009, en Australie. Pour un jeune, c'est impressionnant. Vous grandissez, vous franchissez les étapes, et finalement vous atteignez la grille de départ de votre première course de F1.

« Vous voyez la première lumière rouge qui passe [ndlr : Il y en a cinq], et vous devez vous concentrer, vous souvenir de tout ce que vous devez faire, c’est un moment énorme, donc le tout est de bien se préparer et d’arriver prêt », affirme le pilote helvète.

Lance Stroll était tout à fait en phase avec le discours de Sébastien Buemi.

« Ce sera plus dur physiquement, a-t-il reconnu volontiers, on ne sait pas encore si les voitures iront plus vite de 5 secondes au tour (avec les nouveaux pneus plus larges). Je dois bien me préparer pour la première course, mais aussi pour toute la saison. Ce sera une longue saison.

« Ce n’est pas juste de me préparer pour que tout soit parfait à Melbourne, il faut aussi que je pense aux autres courses après, ajoute-t-il. Je suis un pilote recrue, j’ai une excellente équipe qui a prouvé sa valeur avec les jeunes pilotes, et j’ai un bon baromètre en Valtteri qui va m’aider à progresser tout au long de la saison. »

Que ce soit Valtteri ou Felipe, une chose est claire dans la tête du Canadien, c'est qu'il a besoin de regarder comment travaille son coéquipier, et pour cela, il a besoin d'un coéquipier d'expérience. Et ça, la patronne de l'équipe, Claire Williams, l'a très bien compris.

« Ce que je veux dire, c’est qu’avec un coéquipier d’expérience, ça va m’aider pour apprendre sans pour autant qu’il me donne tous ses secrets, fait-il remarquer, comment se préparer le mieux possible, comment arriver à la séance de qualification et sortir le maximum du potentiel de la voiture.

« Tout est nouveau pour moi en F1, le comportement et l’usure des pneus, la consommation d’essence, toutes ces choses dont on ne se préoccupe pas en F3. Tout cela, je vais pouvoir l’apprendre si j'ai un coéquipier d’expérience plutôt qu'un coéquipier sans expérience, ce qui m'obligerait à tout apprendre par moi-même. »