NOUVELLES
19/12/2016 04:20 EST | Actualisé 20/12/2017 00:12 EST

Jordanie: les assaillants planifiaient d'autres attentats

AMMAN, Jordanie — Les hommes armés qui ont tué dix personnes, dont une touriste canadienne, lors d'une série d'attaques au coeur de la Jordanie, dimanche, planifiaient d'autres actes de terreur, a révélé lundi le ministère jordanien de l'Intérieur, en évoquant notamment les ceintures explosives trouvées dans le repaire des terroristes.

Les fusillades de dimanche sont les pires attaques à survenir en Jordanie de mémoire récente.

La Canadienne Linda Vachter a été tuée au château de Karnak. L'enseignante de 62 ans originaire de Terre-Neuve s'était rendue visiter son fils Chris, qui habite en Jordanie et qui compte parmi les 34 blessés. Un deuxième Canadien pourrait aussi compter parmi les blessés.

En plus de Mme Vachter, les attaques ont coûté la vie à sept membres des forces de sécurité jordaniennes et à deux civils. Quatre hommes armés ont aussi été tués.

L'attentat n'a pas été immédiatement revendiqué.

Des centaines de Jordaniens combattent aux côtés des djihadistes de Daech (le groupe armé État islamique) en Syrie et en Irak, et des milliers d'autres appuient le groupe au pays. La Jordanie est un allié important des États-Unis et membre de la coalition américaine contre Daech.

La séquence d'événements a commencé lorsqu'une patrouille de police a reçu des signalements de l'incendie d'une maison dans la ville de Qatraneh, dans le district de Karak, a indiqué la Sécurité publique.

Les agents s'étant présentés sur les lieux ont fait l'objet de tirs provenant de l'intérieur de la maison, ont affirmé les autorités. Deux policiers ont été blessés, et les assaillants ont fui à bord d'une voiture, a-t-on indiqué.

Dans une autre attaque, un homme a ouvert le feu sur des policiers en patrouille à Karak, sans faire de blessés.

Dans un troisième événement, des hommes armés ont tiré vers un poste de police sur le site d'un château à Karak, lieu touristique populaire, blessant des agents.