NOUVELLES
19/12/2016 08:04 EST | Actualisé 20/12/2017 00:12 EST

Des casques "refroidissants" pour les ouvriers des stades du Mondial-2022

Les ouvriers sur les chantiers des sites de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar se verront offrir des casques "refroidissants" pour réduire la température de leur corps exposé à des températures suffocantes, ont annoncé lundi les organisateurs.

Cette technologie innovante utilise des ventilateurs à l'énergie solaire pour réduire jusqu'à 10 degrés la température de la peau, a indiqué le Supreme Committee for Delivery and Legacy, le comité qui supervise l'organisation du Mondial-2022.

Les températures estivales au Qatar atteignent régulièrement les 50 degrés.

"Nous sommes confiants, cette technologie va permettre des conditions de travail plus confortables et sûres", a indiqué Saud Abdel-Aziz Abdel-Ghani, professeur ingénieur à l'université du Qatar où ces casques ont été développés.

Ils pourraient voir le jour l'été prochain, selon des responsables.

"Notre objectif était de réduire le stress et les accidents vasculaires dus à la chaleur au Qatar et dans la région", a ajouté M. Abdel-Ghani.

Le ventilateur solaire permettra à la personne portant le casque de recevoir de l'air frais sur le front, "créant un micro-climat" pendant quatre heures, a-t-il précisé, soutenant que cette technologie pourrait "révolutionner" l'industrie du bâtiment dans les régions les plus chaudes de la planète.

Les travailleurs du Qatar seront les premiers à utiliser ces casques, dont l'élaboration a été lancée il y a deux ans, selon Hilal Jeham al-Kuwari, un ingénieur du Supreme Committee.

Quelque 5.000 travailleurs sont chargés de construire les bâtiments destinés à accueillir la Coupe du monde. Ce chiffre devrait atteindre 36.000 au cours des deux prochaines années.

Le Qatar est sous le feu des critiques pour les conditions des travailleurs employés sur les chantiers du Mondial, et des migrants en général.

Amnesty International a publié en mars un rapport dénonçant des abus flagrants que subissent les travailleurs sur l'un des site du Mondial, le stade Khalifa.

En octobre, le Qatar annonçait pour la première fois la mort d'un ouvrier sur le chantier d'un stade. Les détracteurs de ce petit pays du Golfe affirment que quelque 1.200 travailleurs sont déjà morts et que ce nombre peut atteindre les 4.000 d'ici 2022, ce que le pays nie catégoriquement.

dh/ak/mer/ps