NOUVELLES
19/12/2016 14:46 EST | Actualisé 20/12/2017 00:12 EST

Colombie: la France confirme son soutien "pour réussir le processus de paix"

Le ministre des Affaires étrangères français Jean-Marc Ayrault a rencontré lundi à Bogota le président colombien Juan Manuel Santos, dont il a salué "le courage", en confirmant le soutien de la France au processus de paix.

"C'est important de poursuivre le soutien pour réussir, dans la durée, ce processus de paix", a-t-il déclaré à l'AFP, rappelant que la France appuyait "depuis le début" le processus qui vient d'aboutir à un accord de paix avec la plus importante guérilla du pays, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), pour mettre fin à plus d'un demi-siècle de guerre.

M. Ayrault, dont c'était le dernier jour d'une visite officielle entamée vendredi avec le lancement de l'année croisée France-Colombie, a précisé que "la France participe à hauteur de 17 millions d'euros au fonds européen de 95 millions d'euros" d'aide, lancé le 12 décembre à Bruxelles.

Estimant que la "stratégie" du chef de l'Etat colombien et nouveau prix Nobel de la Paix "est en train de porter ses fruits", il a affirmé à l'AFP que cela avait été pour lui "un moment très intense, très fort de rencontrer le président Santos dont je salue le courage" car "construire la paix par la négociation, par la patience, par la réconciliation, c'est une exigence de tous les instants".

Lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue colombienne Maria Angela Holguin Cuellar, il a rappelé que la France est le "premier employeur étranger du pays", avec quelque 170 entreprises et environ 100.000 emplois, estimant que l'année croisée France-Colombie serait "l'occasion de promouvoir (...) la Colombie de la paix, de la créativité, de l'esprit d'entreprise, de l'innovation".

Mme Holguin a pour sa part annoncé que M. Santos se rendrait en France en juin pour lancer la saison colombienne de cette année croisée, en exprimant l'espoir que cela permettre de changer "l'image stigmatisée" de la Colombie et de faire connaître "un pays complètement nouveau, plein d'opportunités".

Les deux ministres ont signé lundi un accord financier prévoyant l'ouverture d'un bureau de l'Agence française du développement (AFD), M. Ayrault précisant qu'elle intervient déjà "à hauteur de deux milliards d'euros pour soutenir des projets d'infrastructures", dont "800 millions sont réservés au processus de paix, en particulier dans le domaine de l'agriculture".

Interrogés quant à une aide spécifique contre les cultures illégales de drogues, M. Ayrault a seulement rappelé, que l'accord de paix prévoit "des réformes de structures, des soutiens à des projets d'agriculture durable". Mme Holguin a ajouté qu'il y a "un chapitre sur les drogues et les substitutions de culture" et que "c'est dans ce cadre qu'entreront ces projets agricoles".

La Colombie est déchirée par une guerre interne qui, au fil des décennies, a impliqué une trentaine de guérillas d'extrême gauche, des milices paramilitaires d'extrême droite et l'armée, faisant au moins 260.000 morts, plus de 60.000 disparus et 6,9 millions déplacés.

Elle est en outre minée par la violence des narcotrafiquants car premier producteur mondial de feuilles de coca, avec 96.000 hectares de plantations de cette plante sacrée des indigènes et composant de base de la cocaïne, dont elle est le premier producteur avec 646 tonnes en 2015, selon les derniers chiffres de l'ONU.

fpp/juf