NOUVELLES
19/12/2016 00:37 EST | Actualisé 20/12/2017 00:12 EST

Attaque d'une base aérienne: l'Inde accuse un jihadiste pakistanais

L'Inde a formellement accusé lundi le jihadiste pakistanais Maulana Masood Azhar d'avoir organisé l'attaque contre une base aérienne en janvier dernier qui a tendu les relations entre les deux puissances nucléaires d'Asie du Sud.

Sept militaires indiens avait perdu la vie lors de l'assaut d'un commando de quatre jihadistes contre la base militaire de Pathankot au Pendjab (nord) le 2 janvier, attribué par l'Inde au groupe islamiste Jaish-e-Mohammed basé au Pakistan.

Au terme de son enquête, la National Investigation Agency (NIA) indienne a engagé formellement des poursuites contre M. Azhar, le fondateur de l'organisation ainsi que son frère Rauf Asghar et deux autres membres du groupe.

"Nous avons déposé les documents d'accusation et d'autres enquêtes continueront", a déclaré à l'AFP un responsable de la NIA sous couvert d'anonymat, affirmant détenir "des preuves matérielles" contre les suspects.

Maulana Masood Azhar avait été libéré en 1999 d'une prison indienne dans le cadre d'un échange avec des passagers otages d'un avion détourné de la Indian Airlines.

Aucune arrestation n'a eu lieu à ce jour pour l'attaque de Pathankot, rare attentat contre une installation militaire hors de la région contestée du Cachemire. Tous les suspects vivraient au Pakistan.

Islamabad avait banni Jaish-e-Mohammed en 2002 à la suite d'une attaque contre le Parlement indien qui avait amené les deux pays à deux doigts de la guerre.

Le leader du groupe avait été à nouveau arrêté en 2008 après les attentats de Bombay mais ultérieurement relâché.

En septembre, 19 soldats indiens ont été tués dans l'assaut contre une base militaire au Cachemire, plus lourde attaque de ce type depuis plus d'une décennie.

ja/cc/amd/cr