NOUVELLES
19/12/2016 01:28 EST | Actualisé 20/12/2017 00:12 EST

Après six ans de froid, Pékin normalise ses relations avec Oslo

Après un long froid lié à l'attribution du Nobel de la paix à Liu Xiaobo, la Chine et la Norvège ont annoncé lundi la normalisation de leurs relations diplomatiques et la reprise de pourparlers sur un accord de libre-échange.

La Chine avait gelé ses relations de haut niveau avec la Norvège après l'attribution en octobre 2010 du Nobel au militant des droits de l'Homme Liu Xiaobo, emprisonné dans son pays où les autorités le considèrent comme un "criminel".

Lors d'une visite surprise du chef de la diplomatie norvégienne Børge Brende à Pékin, les deux pays ont publié une déclaration commune sonnant l'heure du dégel. Oslo s'y engage à "ne pas soutenir des actions sapant" les intérêts chinois et à "faire son possible pour éviter tout dégât dans les relations bilatérales à l'avenir". Les droits de l'homme ne sont pas évoqués.

"Nous n'avons pas fait de concession mais nous avons déployé dans la durée des efforts pour créer la confiance", a déclaré la Première ministre norvégienne, Erna Solberg, lors d'un point de presse à Oslo.

Selon les médias norvégiens, la Chine exigeait des excuses officielles de la Norvège pour restaurer les relations bilatérales. Le gouvernement norvégien s'y refusait et faisait valoir que le comité Nobel est un organe indépendant et que ses choix ne l'engagent pas.

"La situation depuis 2010 a été difficile", a dit M. Brende dans un communiqué. "La normalisation de notre relation est le résultat d'efforts diplomatiques longs et minutieux à plusieurs niveaux pour restaurer la confiance entre nos deux pays", a-t-il ajouté.

La normalisation des relations bilatérales permet notamment la reprise immédiate des pourparlers en vue de parvenir un accord de libre-échange entre le pays scandinave, riche en matières premières, et la deuxième économie mondiale. Ces négociations avaient été suspendues dans le sillage du Nobel.

"Il ne fait aucun doute que l'économie norvégienne a souffert", a estimé Mme Solberg. "Même si notre commerce avec la Chine n'a pas reflué, nous n'avons pas pris part à la croissance énorme de la Chine de la même manière que de nombreux autres pays", a-t-elle dit.

Les exportations de saumon norvégien vers le géant asiatique avaient notamment pâti du coup de froid. Lundi matin, les actions des producteurs de saumon étaient à la hausse à la Bourse d'Oslo.

La question des relations avec la Norvège n'a pas été évoquée au briefing de la presse organisé le même jour par le ministère chinois des Affaires étrangères.

phy/gab/lp