NOUVELLES
19/12/2016 13:30 EST | Actualisé 20/12/2017 00:12 EST

Angleterre - 17e journée: Liverpool s'en sort in extremis

Les Reds sont les seuls à suivre: Liverpool a remporté de justesse contre Everton un derby haché (1-0) pour rester à portée du leader Chelsea, lundi soir en clôture de la 17e journée de Premier League.

Les hommes de Jürgen Klopp devaient absolument s'imposer pour ne pas laisser filer en tête les joueurs d'Antonio Conte, vainqueurs à Crystal Palace (1-0) samedi. Ils ont réussi leur mission après quatre minutes de temps additionnel, quand Sturridge, peu après son entrée en jeu, a pris tout le monde de vitesse pour trouver le poteau des Toffees. Et Mané, qui traînait par là, a bien suivi et du bout pu du bout du pied a libéré les siens (90+4). Ouf!

Au classement, les Blues caracolent en tête du championnat avec 43 points et ont six longueurs d'avance sur les Reds (37 pts). Derrière, les Citizens, vainqueurs d'Arsenal dimanche (2-1), sont à sept unités (36 pts) et les Gunners à neuf (34 pts).

"Le plan d'Everton, c'était un football sauvage", a réagi Klopp sur SkySports. "Ils nous ont couru après partout sur le terrain, c'était très dur de jouer. Au début nous n'avons pas réussi. (...) Cela a été beaucoup mieux en deuxième période. Nous aurions pu marquer plus tôt, mais en fait, je m'en moque. (...) C'était une bataille et nous étions prêts pour ça."

A une semaine de son classique Boxing Day, la Premier League s'est offert une belle tranche de tradition en apéritif. Le 227e derby de la Mersey s'est joué à 100 à l'heure, un rythme élevé inversement proportionnel à sa qualité technique.

Un "vrai match anglais" s'est amusé à le commenter la BBC, comme "un petit déjeuner avec pommes de terre et champignons". Bref, Goodison Park s'est "régalé" de contrôles ratés, de semelles, de tacles violents et de passes imprécises.

Dans cette bouillie de football à haute intensité, Everton a d'abord été meilleur.

- Un match engagé -

Les Toffees de Ronald Koeman se sont procurés les meilleures demies occasions. Les Reds, eux, ont décoché leur premier tir à la 27e minute, par Wijnaldum au-dessus.

En deuxième période, Liverpool a remis un peu le pied sur le ballon, surfant sur son regain de forme avant la pause.

Les hommes de Jürgen Klopp se procuraient même l'occasion la plus franche de la rencontre. Firmino, inexplicablement seul, était lancé dans la défense d'Everton, mais sa demi-volée ne parvenait qu'à trouver la tête de Sketellenburg (49).

Le gardien néerlandais est ensuite sorti après un duel avec Firmino (64) et Ross Barkley a vu jaune suite à un attentat sur Jordan Henderson (67). Tout le monde s'est agacé et le match est encore monté d'un cran dans l'engagement physique.

Une fois l'énervement retombé, les Reds ont repris un peu le dessus, provoquant quelques incursions, grâce notamment à la vivacité de l'arrière droit Clyne. Des attaques sans grand succès.

Le danger est venu toutefois à la suite d'un énième déboulé sur l'aile droite. Sur le corner suivant, le gardien remplaçant Robles était obligé de se détendre de tout son long pour sortir la reprise de Firmino (80) et repousser l'échéance.

Et puis Sturridge est entré et a fait la différence, alors que plus personne ne l'attendait.

mam/agu