NOUVELLES
15/12/2016 07:32 EST | Actualisé 15/12/2016 10:15 EST

Nouvel accord pour l'évacuation des rebelles à Alep (VIDÉO)

Des militaires syriens préparaient jeudi l'évacuation des derniers rebelles d'Alep et de leurs familles, une opération qui pourrait sceller la victoire du régime syrien un mois après le lancement de son opération pour reconquérir la totalité de la deuxième ville de Syrie.

Après des heures de négociations, un nouvel accord sur l'évacuation des rebelles a été annoncé en début de journée par un haut responsable de l'armée syrienne.

Il fait suite à l'échec d'un précédent accord, conclu mardi par la Russie et la Turquie, parrains respectifs du régime de Bachar al-Assad et de l'opposition, qui avait finalement capoté mercredi.

Les premiers évacués arrivent en territoire rebelle

Les premiers évacués de la ville d'Alep sont arrivés en territoire rebelle, dans l'ouest de la province du même nom, ont indiqué à l'AFP un médecin sur le terrain et l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Les véhicules du Croissant rouge sont arrivés" a indiqué à l'AFP Ahmad Al-Dbis, à la tête d'une unité de médecins et de volontaires qui coordonnent les évacuations près de la localité de Khan al-Assal, précisant que les blessés seront transférés vers les hôpitaux de la région.

Si le départ des rebelles d'Alep était cette fois mené à bien, il représenterait le plus important succès du pouvoir de Bachar al-Assad et de ses alliés russe et iranien depuis le début de la guerre en 2011.

"Un accord a été trouvé pour faire sortir les rebelles (d'Alep), les préparatifs sont en cours", a indiqué à l'AFP un haut responsable de l'armée syrienne, sans donner de détails sur le sort des civils.

La Russie, qui a apporté une aide déterminante à Damas depuis plus d'un an, a confirmé qu'elle superviserait cette opération.

"L'évacuation des rebelles se fera à bord de 20 bus et de 10 ambulances qui emprunteront un corridor spécial en direction d'Idleb", dans le nord-ouest de la Syrie, a annoncé l'armée russe dans un communiqué.

Voisine de celle d'Alep, la province d'Idleb est la dernière place forte de la rébellion, qui ne contrôle plus que quelques poches à Deraa (sud) et près de Damas.

L'armée russe a précisé qu'elle surveillait les opérations grâce à des "caméras de surveillance et à des drones".

'Corridor spécial'

"Les évacuations se feront du quartier de Ramoussa", un quartier dans la périphérie sud d'Alep, a indiqué à l'AFP un responsable rebelle du puissant groupe islamiste Ahrar al-Cham, chargé des négociations, Al-Farouk Abou Bakr.

"Le premier contingent concerne les blessés et les civils", a-t-il souligné, précisant que les rebelles "viendront après "le premier ou le deuxième contingent".

"Nous sommes en train de préparer le premier contingent qui concerne des civils blessés, leurs proches, et d'autres civils", a précisé Ahmad Al-Dbis, à la tête d'une unité de médecins et de volontaires qui coordonnent les évacuations.

Quelque 200 personnes doivent être évacuées pour ce premier contingent, a-t-il souligné, joint au téléphone par l'AFP dans les territoires rebelles dans l'ouest de la province d'Alep. "Les gens sont en train de monter dans les bus maintenant", a-t-il assuré.

Un mois de destructions

Mercredi, des centaines de Syriens avaient attendu en vain dans le froid de pouvoir quitter leurs quartiers assiégés depuis juillet par le régime. Mais, après quelques heures de calme, les violences entre forces prorégime et insurgés avaient repris de plus belle.

La Russie a accusé les rebelles d'avoir déclenché à nouveau les hostilités, tandis que la Turquie a mis en cause les troupes du régime et leurs alliés.

L'accord de jeudi a été annoncé un mois jour pour jour après le lancement par le régime de la campagne de bombardements et de combats intenses menés par l'armée syrienne et des combattants étrangers, dont du Hezbollah libanais et de milices irakiennes.

L'ONU et des capitales occidentales ont dénoncé cette semaine des atrocités qui auraient été commises contre les civils dans les quartiers repris par l'armée.

En quatre semaines, l'offensive a coûté la vie à plus de 463 civils à Alep-Est selon l'OSDH, tandis que 130 civils étaient tués par des tirs rebelles à Alep-Ouest.

Le conflit en Syrie a fait depuis mars 2011 plus de 310 000 morts et jeté hors de leurs foyers plus de la moitié de la population.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Alep au quotidien Voyez les images