NOUVELLES
13/12/2016 02:36 EST | Actualisé 14/12/2017 00:12 EST

Turquie: arrestation de deux députées du principal parti prokurde

Deux députées du principal parti prokurde de Turquie ont été arrêtées dans le cadre d'un vaste coup de filet visant les membres de cette formation après l'attentat meurtrier d'Istanbul, ont rapporté mardi les médias.

L'une des deux élues a été remise en liberté conditionnelle quelques heures après son arrestation.

Caglar Demirel et Besime Konca ont été arrêtées lundi soir par la police d'Ankara en lien avec "une enquête antiterroriste en cours dans les provinces de Diyarbakir et Batman" dans le sud-est à majorité kurde du pays, a précisé l'agence progouvernementale Anadolu.

Le Parti démocratique des peuples (HDP), a confirmé sur son compte Twitter l'arrestation des deux députées, précisant qu'elle avait eu lieu devant le siège du parti à Ankara. Mme Demirel préside le groupe parlementaire du HDP, deuxième formation de l'opposition en Turquie.

La députée Besime Konca a été présentée mardi devant un tribunal de Batman qui a ordonné sa libération conditionnelle, a rapporté l'agence de presse Dogan.

La police avait déjà arrêté près de 300 membres du HDP quelques heures avant l'arrestation des deux députées lundi. Parmi eux figurent notamment ses chefs de section à Istanbul et à Ankara.

Ces arrestations sont survenues après un attentat qui a fait 44 morts, pour la plupart des policiers, samedi soir devant un stade de football à Istanbul et qui a été revendiqué par un groupe radical kurde, les Faucons de la liberté du Kurdistan (TAK), proche du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Début novembre, les coprésidents du HDP, Selahattin Demirtas et Mme Figen Yüksekdag, ainsi qu'une dizaine de députés de cette formation avaient été arrêtés et placés en détention préventive dans le cadre d'une enquête "antiterroriste" liée au PKK.

Les dirigeants du HDP sont les deux personnalités kurdes les plus en vue à être arrêtées depuis le putsch avorté de la mi-juillet, à la suite duquel des purges tous azimuts ont été lancées par les autorités.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan considère que le HDP est étroitement lié au PKK et qualifie régulièrement ses membres de "terroristes".

raz/lsb/ezz/pt