NOUVELLES
13/12/2016 06:53 EST | Actualisé 14/12/2017 00:12 EST

Report à mercredi du lancement de micro-satellites de la Nasa pour l'étude des ouragans

Le lancement d'une flotte de huit micro-satellites de la Nasa pour mieux prédire et mesurer la puissance des tempêtes tropicales et des ouragans reporté lundi à cause d'une défaillance technique est désormais prévu mercredi, a indiqué la Nasa sur son site internet.

La fenêtre de tir d'une heure s'ouvrira à 13H20 GMT, a précisé dans un communiqué Orbital ATK chargé du lancement.

La fusée Pegasus à trois étages de 22,6 tonnes et 17 mètres de long transportant les satellites du programme CYGNSS (Cyclone Global Navigation Satellite System mission) doit être larguée du triréacteur L-1011 Stargazer, sous lequel elle est attachée, à 12.000 mètres d'altitude au-dessus de l'océan Atlantique.

Lundi, la première tentative de lancement avait été annulée en raison du dysfonctionnement du mécanisme de largage du L-1011 Stargazer qui est revenu se poser à la base de l'US Air Force de Cap Canaveral en Floride d'où il avait décollé.

Reprogrammer le lancement à mercredi "permet de faire venir une pièce de rechange de Californie pour remplacer celle qui est défectueuse sur le Lockheed 1011 tout en donnant un jour de repos requis à l'équipage", précise Orbital ATK.

L'allumage des moteurs du premier étage de Pegasus intervient cinq secondes après le largage.

Les huit micro-satellites seront mis en orbite terrestre à 500 km d'altitude au-dessus de l'équateur où la plupart des tempêtes tropicales et ouragans se forment.

La mission CYGNSS, d'un coût de 157 millions de dollars, permettra de mesurer la vitesse des vents au-dessus des océans améliorant la capacité des scientifiques à comprendre et prédire les ouragans.

Les huit satellites pesant 64 kilos chacun, de la taille d'un cygne adulte une fois leurs panneaux solaires déployés, obtiendront leurs données à partir des signaux émis par quatre satellites du réseau GPS.

Ces informations sont importantes pour aider les météorologues à déterminer si les tempêtes tropicales gagnent ou perdent de la puissance, ce qui est difficile à estimer avec les instruments des satellites actuellement déployés.

Ces derniers ne peuvent pas pénétrer des fortes précipitations et les avions "chasseurs d'ouragans" peuvent voler seulement au-dessus de certains parties des tempêtes et ce pas suffisamment fréquemment pour en suivre l'évolution.

Les huit micro-satellites sont conçus pour être opérationnels au moins cinq ans.

js/faa