NOUVELLES
13/12/2016 10:10 EST | Actualisé 14/12/2017 00:12 EST

RDC : un parti d'opposition se retire du dialogue de la dernière chance

Un parti d'opposition congolais a annoncé mardi à Kinshasa qu'il se retirait du dialogue destiné à trouver une voie de sortie à la crise politique qui ronge la République démocratique du Congo à quelques jours de la fin du mandat du président Joseph Kabila.

Le Mouvement de libération du Congo (MLC) "confirme ce jour (...) sa décision de retrait des discussions directes" organisées sous l'égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), indique un communiqué signé par sa secrétaire générale Ève Bazaiba.

Mme Bazaiba a justifié cette décision par la position qu'elle juge "hégémonique" du Rassemblement, coalition d'opposition formée autour de l'opposant historique Étienne Tshisekedi.

La table-ronde convoquée par les évêques catholiques a pour but de trouver un compromis en vue de mettre sur pied une période de transition entre le 20 décembre, fin du mandat de M. Kabila, et l'élection de son successeur à une date qui reste encore à déterminer.

Âgé de 45 ans, M. Kabila est au pouvoir depuis 2001 et la Constitution lui interdit de se représenter.

En l'absence de la tenue de la présidentielle à temps, la majorité et une frange minoritaire de l'opposition ont conclu en octobre un accord renvoyant l'élection à une date indéterminée et prévoyant le maintien au pouvoir de M. Kabila en contrepartie de la nomination d'un Premier ministre issu de l'opposition.

L'accord est jugé inacceptable par la majeure partie de l'opposition et les négociations qui se sont ouvertes sous l'égide de la Cenco ont pour but de parvenir à un consensus entre deux délégations de négociateurs : d'une part les signataires de cet accord et de l'autre ses détracteurs.

Dans cette dernière délégation, 13 des 15 négociateurs sont membres du Rassemblement, qui n'a laissé que deux places au MLC alors que le parti en exigeait quatre. Deuxième parti d'opposition à l'Assemblée nationale à l'issue des législatives de 2011, le MLC a été affaibli depuis lors par une vague de départs massifs de ses cadres.

Le MLC est la formation de l'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, détenu depuis 2008 à La Haye et condamné en juin à 18 ans de prison par la Cour pénale internationale (CPI) pour une vague de meurtres et de viols commis en Centrafrique entre octobre 2002 et mars 2003 par le MLC, du temps où il était une milice.

L'annonce de son retrait du dialogue a été rendue publique le jour même où le procureur de la CPI a requis huit ans de prison contre M. Bemba, dans une affaire de subornation de témoins en vue d'obtenir son acquittement dans son procès lié à la Centrafrique.

mbb-mj/lp