NOUVELLES
13/12/2016 10:41 EST | Actualisé 14/12/2017 00:12 EST

Manifestation contre le démantèlement d'une colonie israélienne de Cisjordanie occupée

Des centaines de personnes ont manifesté mardi soir à Jérusalem contre le démantèlement prévu d'ici au 25 décembre de la colonie israélienne d'Amona en Cisjordanie occupée, a constaté un journaliste de l'AFP.

Environ 500 manifestants, en majorité des jeunes, dansaient et chantaient près de la résidence privée du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, l'appelant à empêcher le démantèlement ordonné par la Cour suprême israélienne d'Amona, colonie illégale au regard des lois israéliennes.

Une quarantaine de familles sont installées dans cette colonie établie près de Ramallah, sur une terre privée palestinienne.

Amona est une colonie dite sauvage, donc illégale non seulement aux yeux de la communauté internationale mais aussi au regard des lois qu'Israël applique en Cisjordanie.

La colonie d'Amona n'a pas été inclue dans le projet de loi voté la semaine dernière en première lecture et destiné à légaliser des logements construits en Cisjordanie sur des terres palestiniennes privées.

"Amona est un symbole", affirme Haïm Goldberg, un manifestant de 16 ans, vivant dans une colonie sauvage. "Renoncer à Amona c'est renoncer aux autres endroits et on ne pourra plus stopper le mouvement".

Le ministre de l'Education, Naftali Bennett, chef du parti nationaliste religieux Foyer juif qui s'opposait à l'évacuation des 40 familles d'Amona, serait parvenu à un compromis avec M. Netanyahu, selon les médias, pour reloger ces familles à quelques centaines de mètres de l'actuel emplacement de la colonie.

"Il faudrait remplacer les juges de la Cour suprême qui ont pris des décisions biaisées à gauche", accuse Israel Evenchen, un manifestant de 61 ans.

Près de 400.000 colons israéliens vivent déjà en Cisjordanie sous la protection de l'armée israélienne qui occupe le territoire palestinien. Ils mènent une coexistence souvent conflictuelle avec 2,6 millions de Palestiniens qui attendent toujours leur Etat indépendant dont la Cisjordanie serait l'une des composantes.

Pour la communauté internationale, toutes les colonies, c'est-à-dire les implantations civiles israéliennes sur des terres occupées, sont illégales.

jod/mib/feb