NOUVELLES
13/12/2016 07:43 EST | Actualisé 14/12/2017 00:12 EST

Les Etats-Unis veulent accélérer le développement des voitures communicantes

Le ministère américain des Transports a publié mardi une proposition visant à implanter dans tous les véhicules légers neufs la technologie V2V (Vehicle-to-Vehicle), affirmant qu'elle contribuera à réduire massivement les risques d'accidents.

Cette proposition fait partie d'une initiative lancée en février 2014 par le ministre des Transports Anthony Foxx, visant à accélérer le développement et la diffusion de cette technologie qui ouvre la voie aux véhicules pleinement autonomes.

"Nous allons aussi loin que nous pouvons le faire pour utiliser le potentiel de la technologie dans le but de sauver des vies", a affirmé M. Foxx mardi dans un communiqué.

"Une fois déployée, la technologie V2V permettra une surveillance à 360° de la route et de l'environnement autour des voitures", a-t-il assuré.

L'un des buts de la proposition est notamment de s'assurer que les différents constructeurs utilisent des systèmes V2V capables de communiquer entre eux et avec les infrastructures routières (V2I), comme les feux de circulation, la signalisation et les zones de travaux.

Selon l'agence de la sécurité routière américaine (NHTSA), la diffusion généralisée de cette technologie permettrait de réduire la gravité de 80% des accidents non provoqués par l'alcool au volant et notamment ceux causés par des changements de direction et aux carrefours.

La publication de cette proposition ouvre une période de 90 jours pendant laquelle les acteurs du secteur peuvent soumettre leurs critiques et contributions.

Le principe du V2V repose sur des ondes radio à courte portée qui permettent aux voitures qui en sont équipées d'échanger des informations sur la vitesse, la distance, la présence de véhicules ou d'obstacles.

Les détracteurs du système affirment qu'il est toutefois porteur d'intrusions dans la vie privée car il permet à tout moment de localiser une voiture.

jld/lo/elc