NOUVELLES
13/12/2016 11:56 EST | Actualisé 14/12/2017 00:12 EST

Légalisation du cannabis au Canada: fixer à 18 ans l'âge minimum (experts)

L'âge minimum légal pour acheter du cannabis au Canada devrait être fixé à 18 ans, a recommandé mardi un groupe d'experts chargé de proposer au gouvernement canadien un cadre législatif.

Conformément à un engagement de campagne, le gouvernement du Premier ministre Justin Trudeau veut déposer au printemps un projet de loi pour légaliser le cannabis et qui ferait du Canada le deuxième pays au monde à le faire après l'Uruguay.

Le groupe d'experts a émis plus de 80 recommandations au gouvernement pour mettre fin à près d'un siècle de prohibition au Canada. La première, qui porte sur l'âge minimum pour acheter du cannabis, est aussi l'une des plus controversées.

En fixant à 18 ans l'âge légal, le groupe va à l'encontre de la recommandation de l'Association médicale canadienne (AMC), qui proposait plutôt 21 ans.

L'AMC, qui représente plus de 83.000 professionnels de la santé, suggérait également que "la quantité et la puissance du cannabis soient restreintes" jusqu'à 25 ans révolus.

Cette limite, selon le groupe d'experts, est souvent l'âge où "le développement du cerveau est stabilisé". Il est cependant "irréaliste" d'en faire l'âge minimum pour l'achat de cannabis, étant donné le risque que ces consommateurs continuent de s'approvisionner sur le marché noir, selon le rapport.

Présidé par une ancienne ministre de la Justice et de la santé, le groupe a conclu que "la science actuelle n'est pas définitive concernant l'âge sécuritaire pour la consommation du cannabis" et qu'on ne peut donc pas s'en remettre exclusivement à elle "pour déterminer l'âge légal d'achat de cannabis".

Il a donc recommandé au gouvernement fédéral "d'établir un âge minimal à 18 ans pour l'achat", tout en laissant à chacune des dix provinces et trois territoires le choix de placer la barre plus haut comme pour l'achat d'alcool (19 ans dans certaines régions).

Le groupe a reçu 30.000 propositions de la part du public pour l'élaboration de ses recommandations.

Parmi celles-ci, le rapport propose que chaque adulte puisse faire pousser jusqu'à quatre plants à des fins personnelles et détenir jusqu'à 30 grammes de cannabis.

Le cannabis pourrait être vendu par des centres de distribution spécialisés, encadrés par les provinces et les territoires. La vente serait interdite dans les commerces d'alcool ou de tabac, ainsi que près des écoles ou des parcs.

Les experts demandent l'élaboration de stratégies "pour encourager la consommation de cannabis moins puissant" notamment par un régime de prix et de taxes en ce sens.

Le trafic illégal, comme la vente auprès d'adolescents, resterait pénalement sanctionné.

La légalisation pose de nouveaux défis pour les policiers dans la surveillance des personnes au volant sous l'emprise du cannabis. Il n'y a pas de seuils scientifiques prouvés où le THC, principe actif de la drogue, entraîne un déficit psychomoteur et un risque accru d'accident, selon le rapport.

Trois systèmes de détection des niveaux de cannabis dans l'organisme sont actuellement testés par les policiers au Canada.

Les recettes fiscales tirées de la commercialisation devraient être réinvesties dans la prévention, l'éducation et le traitement des abus liés à la consommation.

jl/mbr/sha