NOUVELLES
13/12/2016 05:34 EST | Actualisé 14/12/2017 00:12 EST

La mort d'un père et son fils bouleverse Israël

L'histoire a ému Israël: un père se sacrifie pour tenter de sauver son fils tombé d'une falaise. A présent, quatre autres enfants devraient vivre grâce aux dons du coeur et des organes vitaux du jeune garçon.

Tous les médias ont raconté le drame depuis vendredi, reproduisant une photo montrant la tendre complicité entre Omri Nir, un universitaire d'une cinquantaine d'années, et Ilaï, son fils de 10 ans.

Ils participaient vendredi à une marche dans les gorges escarpées du désert de Judée, avec un groupe de randonneurs et une quinzaine d'enfants, a relaté la presse, citant des témoins et les secours.

La petite troupe a entrepris de descendre une paroi abrupte en surplomb de la gorge en empruntant une voie jalonnée d'échelons scellés dans la roche.

Ilaï serait tombé sur son père, qui l'aurait rattrapé mais, ne pouvant le retenir, se serait laissé tomber en serrant son enfant contre lui pour tenter de le protéger dans leur chute.

Un médecin faisant partie du groupe est descendu leur porter secours. Omri Nir, spécialiste d'ethnologie et du Liban moderne et père de trois enfants, était mort.

Mais Ilaï avait survécu, semi-conscient, ont rapporté les journaux. L'arrivée des secours aurait été retardée par l'absence de connexion téléphonique pour les alerter et à cause du caractère retiré du site.

Le garçon a fini par être héliporté vers l'hôpital de Beersheva, où il a succombé dimanche à ses blessures.

Plus d'un millier de personnes ont assisté à leurs funérailles lundi à Kfar Vitkin, au nord de Tel-Aviv, ont indiqué les médias.

La famille endeuillée a accepté que les médecins prélèvent des organes sur le corps d'Ilaï.

"Dès que nous avons eu le feu vert, l'hôpital pour enfants Schneider (près de Tel-Aviv) s'est lancé dans un marathon de transplantations simultanées" qui a duré toute une journée, a rapporté à l'AFP la porte-parole de l'établissement, Riva Shaked.

Un petit garçon de huit ans et demi a subi une greffe cardiaque. Le foie a été transplanté sur une fillette de 4 ans. Un garçon de 10 ans et une fillette de 7 ans ont reçu chacun un rein.

"Tout s'est très bien déroulé, les enfants se remettent", a ajouté la porte-parole.

Elle a souligné le caractère exceptionnel de l'opération en invoquant le petit nombre des familles acceptant de donner les organes de leur enfant décédé. Le pourcentage de ces familles est inférieur en Israël à la moyenne des pays occidentaux.

Une grande partie des rabbins ultra-orthodoxes juifs affirment qu'une personne est toujours en vie tant que le coeur bat, l'arrêt des fonctions cérébrales ne suffisant pas. La loi israélienne retient, elle, l'arrêt de l'activité cérébrale.

jlr/lal/mib/bpe