NOUVELLES
13/12/2016 03:14 EST | Actualisé 14/12/2017 00:12 EST

La chef de la diplomatie suédoise toujours pas la bienvenue en Israël

Le gouvernement israélien a signifié à la ministre suédoise des Affaires étrangères qu'elle n'était toujours pas la bienvenue en Israël, où elle ne se rendra pas à l'occasion d'un déplacement en Cisjordanie occupée, a-t-on appris de sources diplomatiques.

Margot Wallström doit se rendre de jeudi à samedi dans ce territoire palestinien, occupé par Israël depuis 1967, pour y rencontrer le président Mahmoud Abbas et le ministre des Affaires étrangères Riyad al-Malki.

La Suède a demandé à ce que Mme Wallström se rende en Israël au cours de ce déplacement, a dit à l'AFP Erik Wirkensjö, porte-parole de la ministre. "Il n'a pas été possible de se rendre en Israël cette fois. Quant à savoir pourquoi, il faut demander aux Israéliens", a-t-il dit.

La ministre elle-même a déclaré à l'agence de presse suédoise TT qu'elle se serait "très volontiers rendue en Israël mais, malheureusement, ils (les Israéliens) pensent que cela n'est pas bienvenu".

Son porte-parole a précisé qu'il ne s'agissait pas de la part d'Israël d'un refus de la laisser entrer sur son territoire.

Le porte-parole des Affaires étrangères israéliennes Emmanuel Nahshon a diplomatiquement invoqué un "problème d'emploi du temps" de tous les ministres israéliens. "Faute de disponibilité, aucun ministre ne pourra rencontrer la ministre suédoise", a-t-il dit.

M. Nahshon a refusé de parler de boycott, comme le faisaient les médias israéliens.

Israël avait déclaré en début d'année que Mme Wallström n'était plus la bienvenue après qu'elle eut demandé des enquêtes "approfondies" sur les circonstances de la mort de Palestiniens tués par les forces israéliennes dans un contexte de violences renouvelées.

L'ambassadeur de Suède avait été convoqué d'urgence au ministère des Affaires étrangères à la suite de ces propos jugés "scandaleux", "immoraux" et "stupides" par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Juste après les attentats de Paris en novembre 2015, Mme Wallström avait déclaré que le conflit israélo-palestinien était un facteur parmi d'autres expliquant "qu'il y ait autant de gens qui se radicalisent". L'ambassadeur de Suède avait déjà été convoqué à cette occasion.

Depuis son entrée en fonctions en octobre 2014 et l'annonce presque immédiate que la Suède reconnaissait l'Etat palestinien, Mme Wallström n'a cessé d'irriter la diplomatie israélienne au point de devenir pratiquement persona non grata en Israël.

jlr/lal/bpe