NOUVELLES
13/12/2016 10:05 EST | Actualisé 14/12/2017 00:12 EST

Dopage/Russie: la Fédération internationale de bobsleigh et skeleton retire l'organisation des Mondiaux 2017 à Sotchi

Pas d'exception: la Fédération internationale de bobsleigh et skeleton (IBSF) a décidé mardi de rentrer dans le rang en retirant à Sotchi l'organisation des Mondiaux 2017 en février en raison du scandale de dopage touchant la Russie.

"Le comité exécutif de l'IBSF a eu le sentiment que durant cette période difficile il est prudent de ne pas organiser un tel événement en Russie", écrit l'instance dans un communiqué. Un nouvel emplacement sera annoncé "dans les prochains jours", ajoute-t-elle.

"Il y a un accord pour l'organisation de ces championnats du monde que personne n'a résilié. Et il y a des conditions de résiliation. Nous devons regarder très attentivement l'accord signé par notre Fédération avec la Fédération internationale. Nous allons tirer au clair ces questions et prendre des décisions à l'avenir", a temporisé le ministre russe des Sports, Pavel Kolobkov, cité par l'agence R-Sport.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a pour sa part dit "regretter énormément" ce choix. "Nous sommes convaincus qu'il s'agit d'une décision politique. Elle se fonde sur des déclarations sans aucune preuve", a-t-il déclaré dans une interview à la chaîne de télévision Russia Today, faisant référence au rapport McLaren.

Cette décision intervient en effet quatre jours après la publication finale du rapport sur le dopage institutionnalisé en Russie. Celui-ci est accablant, évoquant "de fortes preuves d'un dopage institutionnalisé entre 2011 et 2015" concernant plus de 1000 sportifs et plus de 30 sports.

Le rapport commandé par l'Agence mondiale antidopage (AMA) évoque "une conspiration institutionnelle mise en place pour les sports d'hiver et d'été avec la participation du ministère des Sports et de ses services, comme l'agence russe antidopage (Rusada) (...), le laboratoire antidopage de Moscou, aux côtés du FSB (services secrets), afin de manipuler les contrôles antidopage".

- 'Motifs d'inquiétude' -

La semaine dernière, le Comité international olympique (CIO), avant même les conclusions du rapport McLaren, avait décidé de prolonger les mesures à l'encontre de la Russie, parmi lesquelles figurait notamment l'impossibilité d'organiser un grand événement sportif sur son sol.

Cette possibilité de sanction relevait toutefois en dernier lieu de la compétence et de la volonté des fédérations internationales.

Le fait que l'IBSF ait maintenu jusqu'à présent son choix de Sotchi pour ses Mondiaux 2017 (du 17 au 26 février) suscitait de plus en plus de réticences et d'opposition.

"La majorité de nos sportifs a des motifs d'inquiétude à propos des Mondiaux de Sotchi, mais ils attendent la publication du rapport McLaren et ils espèrent que leurs inquiétudes seront atténuées pour pouvoir se consacrer pleinement à la préparation de l'événement", a ainsi indiqué la semaine passée le directeur général de la Fédération américaine de bobsleigh et de skeleton (USABS), Darrin Steele, dans un courrier électronique adressé à l'AFP.

"Nous ne soutenons pas en règle générale l'idée de boycott, mais nous respectons les opinions de nos sportifs et nous les écoutons", avait-il ajouté, en référence à un article de l'édition dominicale du New York Times dans lequel des pilotes américains se disaient prêts à boycotter les Mondiaux s'ils étaient maintenus en Russie.

Depuis, le Comité olympique britannique s'est dit prêt à "soutenir" un boycott de la Russie. Et la Fédération lettone de skeleton a annoncé dimanche sa décision de ne pas y participer.

"La Fédération russe de bobsleigh a fait de grands efforts pour préparer ces championnats mais le climat actuel rendrait quasiment impossible l'appréciation des efforts du comité d'organisation à accueillir un grand événement", ajoute l'IBSF.

ea-fbr/pel