NOUVELLES
13/12/2016 06:49 EST | Actualisé 14/12/2017 00:12 EST

Dans la foulée du dopage russe, l'IAAF se penchera sur les mondiaux en salle

MOSCOU — La Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) envisage de réanalyser les échantillons d'athlètes russes aux championnats du monde en salle 2014 à la lumière de soupçons selon lesquels des athlètes qui ont échoué des contrôles de dépistage ont été autorisés à y compétitionner.

Des messages entre le directeur du laboratoire de Moscou, Grigory Rodchenkov, et le responsable du ministère des Sports Alexei Velikodny, dévoilés vendredi dans le cadre du rapport de Richard McLaren, enquêteur de l'Agence mondiale antidopage sur le dopage russe, démontrent que huit athlètes ont fourni des échantillons suspects la semaine avant leur déplacement à Sopot, en Pologne.

Parmi les échantillons prélevés au centre national d'entraînement près de Moscou, trois d'entre eux contenaient un taux de testostérone inhabituellement élevé, quatre de l'ostarine, un agent anabolisant, et un autre à la fois de l'ostarine et du turinabol, un stéroïde interdit.

Dans tous ces cas suspects, Velikodny a donné la directive de les enregistrer comme «propre». Rodchenkov a cependant répondu que certains cas devraient être rapportés positifs.

Rodchenkov a demandé qu'un échantillon montrant un niveau élevé d'ostarine fasse l'objet d'une directive de «quarantaine», ce qui signifie habituellement de le traiter comme une affaire disciplinaire habituelle, même si cela n'est pas documenté ailleurs dans les dossiers du rapport de McLaren.

Une autre affaire impliquant un niveau élevé d'ostarine est confuse, bien que les détails fournis semblent correspondre à Svetlana Biryukova, une spécialiste de saut en hauteur dont le nom a été rayé de l'équipe peu avant les championnats et qui a plus tard été suspendue pendant deux ans. Biryukova était la favorite pour remporter la médaille d'or et avait signé la meilleure performance de l'année en salle.

L'identité des six autres cas suspects demeure inconnue, mais les compétitions concernées incluent certaines où la Russie a remporté des médailles à Sopot. On ignore si des sanctions disciplinaires ont jamais été prises.

«Nous allons examiner les noms que nous avons reçus de l'équipe du professeur McLaren et, quand nous avons des échantillons pour la période visée, nous procéderons à de nouvelles analyses», a déclaré l'IAAF dans un communiqué envoyé par courrier électronique.