NOUVELLES
13/12/2016 07:23 EST | Actualisé 14/12/2017 00:12 EST

Alep: réunion d'urgence du Conseil de sécurité à 17H00 GMT (diplomates)

Le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra mardi une réunion d'urgence sur la situation à Alep-Est, ont indiqué des diplomates.

Cette réunion, à la demande de la France, se tiendra à New York à partir de 12H00 locales (17H00 GMT).

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon informera les ambassadeurs des 15 pays du Conseil des derniers développements dans la grande ville du nord de la Syrie, dont l'armée syrienne est sur le point de reprendre le contrôle total.

La France a demandé une "réunion immédiate" du Conseil de sécurité sur la situation à Alep qui est "la pire tragédie humanitaire du 21ème siècle", a indiqué mardi l'ambassadeur français François Delattre.

"Nous devons tout faire pour mettre fin à l'effusion de sang, pour évacuer la population en toute sécurité et aider ceux qui en ont besoin", a-t-il ajouté devant des journalistes.

Interrogé sur les objectifs de cette réunion, il a souligné que la Russie "avait les moyens de faire pression sur le régime syrien pour mettre fin à ce massacre" à Alep-Est.

"Nous demandons à la Russie de faire quelque chose à propos de ce désastre à Alep", a-t-il déclaré. Il a fait état "d'informations crédibles" portant sur des "meurtres brutaux de familles" entières, des exécutions sommaires et des attaques ciblant des hôpitaux.

"La pire tragédie humanitaire du 21ème siècle se déroule sous nos yeux", a-t-il déploré.

Pour M. Delattre, cette crise met à mal la crédibilité des Nations unies et risque d'encourager "les terroristes". "Le pire est peut-être encore à venir", sous la forme "d'autres massacres de sang-froid", a-t-il conclu.

A Paris, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a dénoncé "des crimes de guerre ou des crimes contre l'humanité si ces exactions sont prouvées". Le ministre a demandé une réunion du Conseil de sécurité et estimé que l'ONU doit mener une enquête "le plus vite possible".

L'ambassadeur britannique à l'ONU Matthew Rycroft a lui aussi demandé "à la Russie de changer de position" et de cesser de bloquer les initiatives occidentales pour une solution pacifique en Syrie.

Evoquant "un jour tragique pour Alep", il a souligné que "la guerre elle-même a des règles et que chacune de ces règles a été violée" à Alep.

avz/faa