NOUVELLES
12/12/2016 01:04 EST | Actualisé 12/12/2016 01:08 EST

Le Congrès américain enquêtera sur les allégations de piratage par la Russie (VIDÉO)

Le Congrès des États-Unis tentera de déterminer si la Russie a bel et bien cherché à influencer le résultat de la récente élection présidentielle au profit de Donald Trump - une allégation que le président désigné a qualifiée de "ridicule" dimanche.

Le leader de la majorité républicaine au Sénat, le sénateur Mitch McConnell, a indiqué aux journalistes lundi que l'enquête sera menée par le comité sénatorial du renseignement. Deux sénateurs républicains de premier rang, John McCain et Lindsay Graham, se sont associés à deux collègues démocrates pour demander une enquête bipartisane concernant les activités du Kremlin pendant la campagne.

M. McConnell a déclaré que "toute brèche étrangère de notre cybersécurité" serait "inquiétante".

Contrairement à M. Trump, qui a témoigné de son admiration pour le président russe Vladimir Poutine, M. McConnell a prévenu que, "Les Russes ne sont pas nos amis".

L'agence américaine du renseignement, la CIA, a récemment conclu avec "grande confiance" que la Russie a voulu influencer l'issue du scrutin au profit de M. Trump, ce qui préoccupe des politiciens inquiets de l'inviolabilité du système électoral américain.

Plusieurs membres du Collège électoral, y compris un rebelle républicain qui n'a pas l'intention de voter pour M. Trump, veulent savoir si le gouvernement enquête sur les liens entre la Russie et la campagne de M. Trump. Dix grands électeurs ont publié lundi une lettre ouverte dans laquelle ils demandent à James Clapper, le directeur du renseignement national des États-Unis, de leur fournir des l'information à ce sujet. Les neuf autres grands électeurs sont des démocrates.

M. Trump a de nouveau louangé dimanche Rex Tillerson, le patron du géant américain des hydrocarbures Exxon, qui entretient des relations étroites avec M. Poutine et qui serait maintenait en tête de lice pour devenir le prochain secrétaire d'État des États-Unis. Le sénateur McCain s'est d'ailleurs ouvertement inquiété des liens étroits entre MM. Tillerson et Poutine - un leader qu'il a traité de "voyou" et de "meurtrier" lors d'une apparition au réseau CBS.

M. Trump a accusé les démocrates d'être responsables des rumeurs concernant une hypothétique intervention de la Russie dans la campagne électorale. Toute enquête à ce sujet, a-t-il dit, ne devrait pas porter uniquement sur la Russie, mais sur tous les pays et individus qui auraient pu s'en mêler.

L'équipe de M. Trump a annoncé lundi, comme on s'y attendait, qu'il a choisi le général à la retraite John Kelly pour diriger le département de la Sécurité intérieure.