NOUVELLES
11/12/2016 06:50 EST | Actualisé 11/12/2016 06:50 EST

Les combattants de Daech réoccupent la ville antique de Palmyre (VIDÉO)

Les combattants de Daech (le groupe État islamique) ont repris le contrôle de Palmyre, dimanche, s'emparant de la ville au terme d'une offensive fulgurante, ont confirmé des porte-parole gouvernementaux et de l'organisation terroriste.

Les extrémistes semblent avoir profité de l'intérêt manifesté par les Syriens et les Russes autour d'Alep pour s'emparer de la ville antique. Ils ont fait coïncider leur attaque avec l'offensive générale menée par les forces gouvernementales dans le nord du pays.

Palmyre et ses nombreuses ruines vieilles de 2000 ans sont le symbole de cette guerre civile destructrice, quoique son emplacement, au coeur du pays, en fait aussi un endroit stratégique.

Daech est entré dans la ville, samedi, neuf mois après en avoir été expulsé par les forces syriennes et russes. À l'époque, cette victoire, _ la première des forces loyalistes aux dépens de l'organisation djihadiste _ avait permis au régime de Bachar el-Assad de mousser sa légitimité dans la campagne contre le terrorisme.

Pendant l'occupation de la ville, qui a duré 10 mois, le Daech a détruit de nombreux temples et abîmé plusieurs objets antiques.

Les avions russes ont tenté de repousser les combattants extrémistes au-delà des limites de la ville. Ceux-ci se sont regroupés avant d'attaquer de plusieurs directions à la fois, obligeant les troupes gouvernementales à se replier. Des militants de l'opposition dans la ville ont indiqué que les djihadistes recherchaient de maison en maison les soldats loyalistes pris au piège dans Palmyre.

Les combats autour de la ville auraient été coûteux pour les forces gouvernementales au cours des derniers jours. Malgré tout, cette défaite ne devrait pas détourner l'attention du gouvernement de son offensive finale vers la banlieue d'Alep, un château fort des rebelles. Dimanche soir, rien ne semblait démontrer que l'armée avait retiré des troupes de ce secteur pour les rediriger vers le centre du pays.

Le gouvernement et ses alliés auraient rassemblé environ 40 000 soldats autour d'Alep.

"Je ne pense pas que le régime va enlever des troupes d'Alep et les envoyer à Palmyre en risquant de perdre Alep. Je pense que sa priorité est d'en finir avec la bataille d'Alep d'ici la fin du mois. Quant à Palmyre, la communauté internationale devrait faire front contre Daech", a déclaré le dirigeant de l'Observatoire syrien pour les droits de l'homme, Rami Abdel Rahmane.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

  • JOSEPH EID/AFP
  • JOSEPH EID/AFP
  • JOSEPH EID/AFP
  • JOSEPH EID/AFP
  • JOSEPH EID/AFP